Embryons congelés : « Je me sentirais obligée de tout tenter pour les faire vivre »

Publié le 29 Mar, 2022

Assema, Léa et Lucie ont été engagées dans un parcours de fécondation in vitro. Si Assema s’est arrêtée car elle a atteint l’âge de 42 ans, Léa et Lucie y sont encore confrontées. Ayant toutes les trois fait congeler des embryons, elles témoignent de leur épreuve.

Après une hyperstimulation ovarienne et 90 ovocytes ponctionnés, quatre embryons ont été congelés, conçus à partir des ovocytes d’Assema. Trois le sont toujours. « Pour l’instant, nous n’avons pas pris de décision, explique Assema. Nous attendons le courrier de l’hôpital nous demandant ce que nous souhaitons faire. » « Je me sens coupable de ne pas les utiliser, car peut-être que le prochain transfert aurait pu fonctionner… », poursuit-elle. Son mari refuse de donner ces embryons à un autre couple mais Assema l’aurait envisagé. « Même si je ne saurai jamais si ça a marché, car le don est anonyme, au fond de moi, je me dirais qu’il y a peut-être mon enfant quelque part », explique-t-elle.

Pour Léa, au contraire, le don est impossible : « Ces embryons sont un morceau de nous deux, rappelle-t-elle, et étant moi-même adoptée, je sais que la recherche de soi et d’où l’on vient est très dure, et je ne veux pas voir un jour un enfant sonner à notre porte pour nous connaître ». Alors comme « les détruire [leur] briserait le cœur », le couple veut en faire don à la science [1].

« Si jamais je tombe enceinte, nous n’avons pas encore réfléchi à ce que nous ferons des autres embryons », se projette de son côté Lucie. Après avoir subi quinze transferts, « je n’imagine pas ne pas les utiliser, dit-elle. Je me sentirais obligée de tout tenter pour les faire vivre ! »

 

[1] NDLR : Les embryons « donnés à la science » sont in fine détruits.

Source : Parents, Emilie Veyssié (28/03/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres