Naissance de jumeaux restés congelés 30 ans à l’état embryonnaire

Publié le 21 Nov, 2022

Lydia et Timothy Ridgeway sont nés le 31 octobre aux Etats-Unis. Selon le National Embryo Donation Center, les embryons dont ils sont issus sont ceux qui ont été congelés le plus longtemps : 29 ans et 10 mois[1].

Le « record » précédent était détenu par Molly Gibson, née en 2020 d’un embryon congelé depuis près de 27 ans (cf. Une vie suspendue). Auparavant, c’est la sœur de Molly, Emma, qui avait marqué les annales en étant née d’un embryon congelé depuis 24 ans.

Près de 30 ans de congélation

Les embryons de Lydia et Timothy ont été congelés le 22 avril 1992. Conçus à partir des gamètes d’un homme d’une cinquantaine années et d’ovocytes donnés par une femme âgée de 34 ans.

Ils ont été conservés dans une clinique de fertilité de la côte ouest jusqu’en 2007, date à laquelle le couple qui était à leur origine en a fait don au National Embryo Donation Center de Knoxville, dans le Tennessee. Cinq embryons y ont alors été transférés.

Southeastern Fertility, partenaire du National Embryo Donation Center, a décongelé les embryons le 28 février dernier. Sur les cinq qui ont été décongelés, « deux n’étaient pas viables ». « Selon les experts », le taux de survie des embryons lors de la décongélation est d’environ 80 %.

En dépit des recommandations des médecins, les trois embryons restants ont été transférés dans l’utérus de Rachel Ridgeway le 2 mars, 29 ans et 10 mois après avoir été congelés. Deux des transferts ont « réussi ». Des études ont montré que 25 à 40 % des transferts d’embryons congelés aboutissent à une naissance vivante. « Selon les experts », les embryons peuvent être congelés « pratiquement indéfiniment ».

Le « don d’embryon »

« Nous ne cherchions pas à obtenir les embryons qui ont été congelés le plus longtemps au monde », précise Philip Ridgeway, le père des jumeaux. « Nous voulions simplement ceux qui avaient attendu le plus longtemps ».

La procédure à laquelle Philip et Rachel ont eu recours est le « don d’embryon ». Elle est parfois appelée « adoption d’embryons », bien qu’elle ne soit « pas du tout une “adoption” légale, du moins au sens d’une adoption traditionnelle qui a lieu après la naissance », souligne le National Embryo Donation Center. « Cependant, le terme permet à toutes les parties de conceptualiser le processus et la possibilité d’élever un enfant sans lien génétique. »

La procédure est moins couteuse qu’une fécondation in vitro.

Une filiation bouleversée ?

« Il y a quelque chose d’époustouflant », témoigne Philip Ridgeway qui était seulement âgé de 5 ans quand Lydia et Timothy ont été conçus. « Dans un sens, ils sont nos plus vieux enfants, même s’ils sont nos plus jeunes enfants ». Le couple a déjà quatre enfants âgés de 8, 6, 3 et presque 2 ans. Aucun n’avait été conçu par fécondation in vitro.

 

[1] Il est possible qu’un embryon congelé plus longtemps ait été utilisé, car les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies n’effectuent pas de suivi sur ces durées.

Source : CNN, Jen Christensen et Nadia Kounang (21/112022)

Partager cet article

Synthèses de presse

pixabay_-pregnant-1245703_640
/ Tous les autres thèmes

Rupture prématurée du sac amniotique : des réparations spontanées grâce au fœtus

Des scientifiques japonais de l'université de Kyoto se sont penchés sur des cas où le sac endommagé « se répare de ...
L’impact de la grossesse sur le cerveau du père
/ Tous les autres thèmes

L’impact de la grossesse sur le cerveau du père

"L’expérience des soins apportés à un nourrisson peut laisser une trace dans le cerveau des nouveaux parents" ...
Inde : Quatre femmes décèdent dans un "camp de stérilisation"
/ IVG-IMG

Inde : Quatre femmes décèdent dans un “camp de stérilisation”

Fin août, quatre Indiennes sont décédées dans un "camp de stérilisation" à la périphérie de la capitale de l’Etat de ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres