Effet Werther : « En légalisant le suicide assisté et l’euthanasie, on banalise le suicide »

17 Avr, 2024

« En légalisant le suicide assisté et l’euthanasie, on banalise le suicide. Il est tout à fait contradictoire d’organiser des campagnes de prévention du suicide et, en parallèle, de promouvoir une forme de mort provoquée. » Dans un entretien pour Atlantico, le Dr Claire Fourcade, présidente de la SFAP, et le Dr Alain Derniaux, ancien vice-président de la Société, mettent en garde contre l’effet Werther que risque de provoquer la dépénalisation de l’« aide à mourir ».

Un effet d’« entrainement »

« L’effet Werther a été décrit en 1982 par le sociologue David Philipps, rappelle Claire Fourcade. Celui-ci faisait allusion au roman de Goethe paru en 1774 où le héros principal se suicide. On découvrit que de nombreux lecteurs avaient également mis fin à leurs jours de la même manière que le héros du livre, à tel point que le livre fut interdit. » Plus récemment, une hausse de 25% des suicides chez les femmes de 45-49 ans a été constatée « dans les semaines ayant suivi le suicide de la chanteuse Dalida en 1987 ». Un phénomène similaire a été observé après la mort du chanteur Kurt Cobain en 1994.

« Le suicide de certaines célébrités et l’effet qui en résulte illustre parfaitement le danger d’isoler l’individu du reste du corps social et de ses proches en invoquant son “autonomie” », pointe Claire Fourcade. « Le suicide ne peut être cantonné à une sphère individuelle ». En effet, « l’interdit implicite du suicide retient des personnes à la vie et diffuse un message constant porté par la société » (cf. La promotion du suicide et de l’euthanasie en prime time sur le service public). Quand 9000 personnes se suicident en France, « le corps social a un vrai rôle de protection à incarner » (cf. Euthanasie et prévention du suicide : le paradoxe).

Une augmentation des suicides « non-assistés » en parallèle des suicides assistés

« Une étude menée par le professeur David Albert Jones et le professeur David Paton montre que les 10 Etats américains ayant légalisé [l’euthanasie ou le suicide assisté] ont vu le nombre de suicides assistés et non-assistés augmenter de 6,3 % », indique Claire Fourcade. « S’agissant des Etats européens, les mêmes résultats sont observés concernant le taux de suicides non-assistés, notamment parmi la population féminine », souligne-t-elle.

« N’oublions pas que la proportion de malades demandant une mort anticipée est de 3% à l’entrée dans une structure d’hospitalisation en soins palliatifs et qu’au bout de quelques jours de prise en charge adaptée elle se réduit au chiffre de 0,3% ! », pointe Alain Derniaux. « Alors pourquoi une telle loi avant d’avoir permis à chaque personne malade d’accéder à une expertise dans le traitement des douleurs, des souffrances, de l’isolement, de la détresse sociale ? »

 

Source : Atlantico, Claire Fourcade et Alain Derniaux (12/04/2024)

DERNIERES ACTUALITES
Euthanasie : un devoir de vigilance politique

Euthanasie : un devoir de vigilance politique

Emmanuel Hirsch, professeur émérite d’éthique médicale de Université Paris-Saclay, a été auditionné par la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi relatif à l’accompagnement des malades et de la fin de vie (cf. Fin de vie : une commission orientée vers...

Partager cet article
[supsystic-social-sharing id='1']

Toute l’actualité bioéthique
chez vous, gratuitement

Cochez vos choix :

En validant ce formulaire, j’accepte de recevoir les informations du site Gènéthique par email et accepte la politique de confidentialité