Échographie et dépistage : l’étude de deux sociologues

Publié le 21 Avr, 2005

A l’occasion des journées de médecine foetale de Morzine, deux sociologues, Danielle Moyse et Nicole Diederich (Ecole des hautes études en sciences sociales) ont mené une enquête sur la pratique du diagnostic anténatal en France, publiée dans la revue Etudes. Des questionnaires ont été adressés à 147 praticiens et plus de 60 entretiens ont été menés avec des échographistes et obstétriciens.

Cette étude est publiée alors que la pratique de l’échographie obstétricale est en crise. Face à la judiciarisation de cette technique, le nombre de praticiens a nettement diminué ces trois dernières années ce qui a conduit à une inégalité d’accès aux échographies selon les régions. Selon les compagnies d’assurance médicale françaises, la France serait le pays où les plaintes pour non-dépistage de malformation au cours de la grossesse seraient les plus élevées. Rappelons que l’échographie permet de détecter 60 % des malformations. Un rapport des professionnels de l’échographie, dénonçant "cette médecine à deux vitesses", devrait être prochainement remis au ministre de la santé

Selon les sociologues D. Moyse et N. Diederich, cette situation n’est pas uniquement due à l’arrêt Perruche, même s’il a été un facteur déclenchant. L’affaire Perruche est intervenue dans un contexte où le diagnostic prénatal soulevait des difficultés matérielles et éthiques. Le Dr Thierry Farman, coordinateur au Sou Médical, explique que c’est le motif des plaintes qui a changé. Il y a moins de plainte pour absence de dépistage mais plus de plaintes qui mettent en cause l’absence de pronostic face au dépistage d’une anomalie.

Les sociologues s’inquiètent d’une autre évolution de l’échographie foetale qu’elles qualifient d’"eugénisme de précaution", c’est à dire la banalisation de l’interruption médicale de grossesse dès qu’il y a un doute sur "la qualité" du foetus.

Pour elles, il faudrait redéfinir les objectifs du diagnostic prénatal, et évaluer de nouveau ses avantages et inconvénients.

Sur ces sujets, consultez les dossiers Gènéthique Affaire Perruche, Dépistage prénatal et Eugénisme

Le Figaro (Martine Perez) 21/04/05

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Avortement : le fœtus a « un droit fondamental à la vie » selon la Cour suprême indienne
/ IVG-IMG

Avortement : le fœtus a « un droit fondamental à la vie » selon la Cour suprême indienne

Dans une décision du 15 mai, la Cour suprême indienne a rejeté la demande d’avortement d’une femme de 20 ans ...
Des paralytiques retrouvent l’usage de leurs mains grâce à un dispositif de stimulation externe
/ Transhumanisme

Des paralytiques retrouvent l’usage de leurs mains grâce à un dispositif de stimulation externe

A l’aide d’un dispositif de stimulation non invasive de la moelle épinière des personnes paralysées ont retrouvé l’usage de leurs ...
neurons-582050_640

Des organoïdes de cerveau plus réalistes

Des chercheurs ont fabriqué des organoïdes composés de quatre types différents de cellules cérébrales quand d'autres sont parvenus à reproduire ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres