DPNI : Bataille juridique et financière autour d’un brevet

Publié le : 19 mai 2020

Une bataille juridique de plus de trois ans entre la société Illumina Inc. basée à San Diego, « une grande entreprise d’outils biotechnologiques », et une entreprise dont l’activité est centrée sur les tests génétiques, et en particulier autour de la trisomie 21, Natera Inc., vient de trouver un terme. L’objet du différend concerne le test Panorama de Natera qui vise à dépister la trisomie 21 à partir d’une « simple prise de sang maternel »[1]. Natera recevra une licence d’utilisation de la plateforme de séquençage d’Illumina, plateforme qu’utilisent ses tests prénataux non invasifs. Les autres conditions de l’accord qui a été « prolongé jusqu’en 2030 » n’ont pas été divulguées. Mais « le règlement de cette affaire est « dans le meilleur intérêt de toutes les parties et de nos clients, employés et actionnaires respectifs » » assurent les avocats des deux parties. Les actions des deux sociétés étaient à la hausse ce lundi.

 

Natera a débuté la commercialisation du test Panorama « en mars 2013 ». Elle utilisait le système de séquençage d’Illumina mais avait également signé un accord de 10 ans avec la société néerlandaise Qiagen N.V. en mars 2018, « le mois où Illumina a déposé sa plainte », « afin de développer la prochaine génération de tests génétiques basés sur le séquençage ». Natera et Qiagen ont mis fin à leur accord « il y a deux mois », alors que Qiagen avait déclaré interrompre le développement de son système de séquençage GeneReader et s’associer avec Illumina « pour développer un ensemble de séquençage diagnostique ».

 

L’année dernière, Natera a réalisé « un chiffre d’affaires de 302,3 millions de dollars, dont la majeure partie provenait de Panorama et d’un autre test appelé Horizon ». La société est « le leader des tests prénataux non invasifs, en volume, aux États-Unis ». L’entreprise Qiagen quant à elle « est en cours de rachat par Thermo Fisher Scientific Inc., une société d’outils de recherche et de diagnostic basée à Waltham, Massachusetts, pour 11,5 milliards de dollars ».

 

Pour aller plus loin :

Tests prénataux non invasifs : un marché estimé à 2319 millions de dollars d’ici 2027

« Nous avons tous la même valeur et nous devrions tous avoir la même valeur »

Jean-Marie Le Méné : « Le DPNI est un dispositif qui a l’obsession de l’exhaustivité et la hantise de rater la cible »

Angleterre : moins de bébés trisomiques à cause du DPNI

Fille ou garçon ? Le DPNI pour identifier le sexe même en cas de grossesse gémellaire

Dépistage de la trisomie 21 : nous courons tête baissée le risque de la déshumanité

 


[1] Un test de dépistage prénatal non invasif (DPNI).

<p>San Francisco Business Times, Ron Leuty (18/05/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres