Doutes à propos d’un travail sur les cellules souches

Publié le 2 Mar, 2007

Les travaux de Catherine Verfaillie, publiés dans Nature en 2002 , sont remis en question.

Catherine Verfaillie, biologiste de nationalité belge travaillant à l’Institut de cellules souches de l’université du Minnesota, annonçait avec son équipe, avoir identifié, dans la moelle osseuse de souris et de rats adultes, des cellules souches hautement prometteuses. Ces cellules "multipotentes" pouvaient se différencier et donner naissance aux différentes lignées à l’origine de l’ensemble des tissus constituant un organisme.

Un groupe d’experts, réunis sous la houlette de l’université du Minnesota vient de conclure que les résultats publiés en 2002 dans Nature étaient, sur certains points erronés, sans pour autant suspecter Catherine Verfaillie de mauvaise foi.

Catherine Verfailie reconnait que certaines erreurs expérimentales ont pu être commises. Depuis, une partie de son travail a été reproduit par d’autres équipes et les perspectives thérapeutiques ouvertes en 2002 ne sont pas remises en cause, a-t-elle ajouté.

Le Monde (Jean-Yves Nau) 02/03/07

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

istock-513987873
/ Fin de vie

Trisomie 21 et Covid : six fois plus de probabilité de ne pas être réanimé

Une étude indique qu’une personne porteuse de trisomie 21 et atteinte de Covid lors de l’épidémie avait six fois plus ...
Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres