Don du corps à la science : un amendement voté lors de l’examen de la loi bioéthique au Sénat, des familles en colère

Publié le 29 Jan, 2020

A l’occasion d’un amendement du gouvernement présenté lors de l’examen du projet de loi de bioéthique et deux mois après « l’affaire du Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes » (cf. Université René Descartes : Des corps donnés à la science et laissés à l’abandon ), le Sénat a souhaité « encadrer les conditions de dons du corps à la science » qui, jusqu’ici, ne font l’objet « d’aucune réglementation précise » a expliqué Agnès Buzyn, ministre de la santé.

 

L’amendement prévoit que si une personne choisit de donner son corps « à des fins d’enseignement médical et de recherche », elle doit exprimer son consentement « de manière écrite et expresse ».  Par ailleurs, « ce don ne peut être effectué qu’au bénéfice d’un établissement de santé, de formation ou de recherche titulaire d’une autorisation délivrée par le ministre chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche », enfin, « les conditions d’ouverture, d’organisation et de fonctionnement de ces établissements sont définies par décret en Conseil d’Etat ». Pour la ministre, il s’agit de « garantir le plus haut niveau d’exigence éthique que nous devons aux donneurs, à leur famille, aux chercheurs et aux étudiants ».

En novembre 2019, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « ‘atteinte à l’intégrité d’un cadavre’ visant les conditions de conservation de corps dans le centre spécialisé de Paris-Descartes, fermé sur décision administrative ».

Pour défendre « la mémoire de leurs proches », « 21 familles dont l’un des parents a donné son corps à la faculté de médecine de Paris vont déposer plainte contre X  dans les prochains jours pour atteinte à l’intégrité d’un cadavre ». Elles veulent « faire évoluer la traçabilité du centre des dons, arrêter la marchandisation des corps, communiquer principalement aux familles, condamner et punir les responsables du centre de dons à l’Université de Paris ». Ces familles en colère, dont les questions posées à l’université restent sans réponses, s’interrogent : « A quoi servent les corps après le don à la science ? »

AFP (28/01/2020) – LCi, Roman Le Vern (28/01/2020)

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres