Don d’organes : vers un revirement éthique de Marisol Touraine ?

Publié le : 15 avril 2015

Marisol Touraine déclarait ce matin à l’antenne de RTL : « Je veux le dire très clairement (…) il n’est pas question de prélever sans s’assurer du consentement de la personne et sans discuter avec les familles« . Des propos qui réfutent la « nationalisation des cadavres » dénoncée hier par Bernard Debré dans une tribune du Figaro.

 

Pourtant le projet de loi santé voté hier par l’Assemblée Nationale prévoit bel et bien que « la famille ne donnera plus son accord mais sera simplement «informée» des prélèvements » (cf. Synthèse Gènéthique du 13 avril 2015). La loi santé doit institutionnaliser le consentement comme « effectivement présumé » chez toute personne majeure décédée. Légalement la famille et les proches n’auront donc plus à être consultés, ni interrogés pour savoir si un prélèvement en vue d’une greffe peut être pratiqué sur le corps du défunt. « Seules les personnes qui, de leur vivant, auront manifesté explicitement leur opposition seront exclues de ce dispositif automatique« .

 

La ministre rappelle « que la loi votée ne change rien puisque le consentement présumé existe depuis la loi Cavaillet« , et elle ajoute « que c’est un peu plus compliqué : cette loi n’a jamais été vraiment appliquée (…) et qu’il faut lutter contre la pénurie et donc contre le refus des prélèvements…« 

 

« C’est assez confus » conclue Jean Yves Nau. Seule certitude, « l’ouverture d’une concertation pour réduire le nombre des refus de prélèvements« . « Malheureusement la concertation est, ici aussi, bien mal partie« . Le Pr Bruno Riou responsable de la coordination des prélèvements à la Pitié-Salpêtrière, déplorait que « concernant le texte de loi, il disait ses regrets quant à l’absence de concertation avec les professionnels du sujet« .

 

<p>Blog de Jean-Yves Nau(15/04/2015); Le Figaro.fr(15/04/2015)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres