Des souris « humanisées » pour trouver un vaccin contre le Covid-19 ?

Publié le : 4 mai 2020

En juin 2019, les Etats-Unis ont interdit l’année dernière toute recherche utilisant des fœtus avortés dans les NIH[1] et « soumis toute recherche “externe” impliquant des fœtus avortés à l’approbation d’un conseil d’éthique » (cf. Etats-Unis : Nouvelles restrictions concernant la recherche sur les fœtus humains).

 

Cependant, un chercheur américain, Kim Hasenkrug, a créé l’année dernière, des souris « humanisées », fabriquées à partir de transplantation de tissus provenant de fœtus humains, dotées de «  poumons de même structure que les nôtres ». Le chercheur a sollicité une dérogation spéciale dans le but d’utiliser ces souris pour mener des expériences « en vue de trouver un vaccin contre le Covid-19 ». Il n’a pas à ce jour reçu de réponse « à sa requête qui est passée entre les mains de différentes autorités ».

 

Les parlementaires républicains soutiennent la politique du département de la santé « qui a fait de ‘la promotion de la dignité de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle, l’une des principales priorités de l’administration du président Trump’ ». De son côté, le philosophe, Christopher Tollefsen, estime qu’il est « éthiquement impossible d’utiliser des tissus de fœtus avortés pour la recherche à cause de la façon dont ce tissu a été obtenu ».

 

Pour aller plus loin :

Vaccin contre le COVID-19 : éviter tout lien avec l’avortement ?

Interdiction d’utiliser des tissus fœtaux issus d’IVG aux Etats-Unis : les chercheurs cherchent d’autres financements



[1] National Institutes of Health.

 

<p>Institut Européen de Bioéthique (29/04/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres