Des « mini-foies » humains implantés dans des rats

Publié le : 3 juin 2020

Des chercheurs de l’école de médecine de l’université de Pittsburgh ont fabriqué « des mini-foies entièrement fonctionnels » à partir de cellules de peau « provenant de volontaires humains », qu’ils ont ensuite transplantés dans des rats. Ces organes « ont survécu pendant quatre jours » dans les animaux. L’étude est publiée dans la revue Cell Reports[1].

 

Fabriqués « en moins d’un mois », en reprogrammant des cellules de peau humaine en cellules souches, puis « en amenant ces cellules souches à devenir différents types de cellules hépatiques et, ensuite, en ensemençant ces cellules hépatiques humaines dans un foie de rat dont toutes ses propres cellules avaient été éliminées », les « mini-foies » ont été transplantés dans cinq rats « élevés pour résister au rejet d’organes ».

 

Les chercheurs ont constaté que « dans tous les cas, des problèmes de circulation sanguine s’étaient développés à l’intérieur et autour du greffon ». « Mais les mini-foie transplantés ont fonctionné – les rats avaient des protéines hépatiques humaines dans leur sérum sanguin. »

 

« L’objectif à long terme est de créer des organes qui peuvent remplacer le don d’organes, indique le Dr Alejandro Soto-Gutierrez, professeur associé de pathologie à l’université de Pittsburgh et auteur principal de l’étude, « mais dans un avenir proche, je vois cela comme un pont vers la transplantation ». « Par exemple, en cas d’insuffisance hépatique aiguë, vous pourriez avoir besoin d’une stimulation hépatique pendant un certain temps au lieu d’un nouveau foie entier », précise-t-il, tout en reconnaissant « des défis importants à relever dont la survie à long terme et des questions de sécurité ».

 

Note Gènéthique : Bien que les chercheurs ne semblent pas le faire, on peut légitimement s’interroger sur de telles études qui mélangent dans l’animal cellules humaines et cellules animales (cf. Embryons chimères animal-homme : « Ces recherches posent la question de l’avenir de notre humanité » ).

 


[1] Cell Reports (2020). DOI: 10.1016/j.celrep.2020.107711

<p>Medical Xpress, University of Pittsburgh (02/06/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres