Des « mini-foies » humains implantés dans des rats

Publié le 3 Juin, 2020

Des chercheurs de l’école de médecine de l’université de Pittsburgh ont fabriqué « des mini-foies entièrement fonctionnels » à partir de cellules de peau « provenant de volontaires humains », qu’ils ont ensuite transplantés dans des rats. Ces organes « ont survécu pendant quatre jours » dans les animaux. L’étude est publiée dans la revue Cell Reports[1].

 

Fabriqués « en moins d’un mois », en reprogrammant des cellules de peau humaine en cellules souches, puis « en amenant ces cellules souches à devenir différents types de cellules hépatiques et, ensuite, en ensemençant ces cellules hépatiques humaines dans un foie de rat dont toutes ses propres cellules avaient été éliminées », les « mini-foies » ont été transplantés dans cinq rats « élevés pour résister au rejet d’organes ».

 

Les chercheurs ont constaté que « dans tous les cas, des problèmes de circulation sanguine s’étaient développés à l’intérieur et autour du greffon ». « Mais les mini-foie transplantés ont fonctionné – les rats avaient des protéines hépatiques humaines dans leur sérum sanguin. »

 

« L’objectif à long terme est de créer des organes qui peuvent remplacer le don d’organes, indique le Dr Alejandro Soto-Gutierrez, professeur associé de pathologie à l’université de Pittsburgh et auteur principal de l’étude, « mais dans un avenir proche, je vois cela comme un pont vers la transplantation ». « Par exemple, en cas d’insuffisance hépatique aiguë, vous pourriez avoir besoin d’une stimulation hépatique pendant un certain temps au lieu d’un nouveau foie entier », précise-t-il, tout en reconnaissant « des défis importants à relever dont la survie à long terme et des questions de sécurité ».

 

Note Gènéthique : Bien que les chercheurs ne semblent pas le faire, on peut légitimement s’interroger sur de telles études qui mélangent dans l’animal cellules humaines et cellules animales (cf. Embryons chimères animal-homme : « Ces recherches posent la question de l’avenir de notre humanité » ).

 


[1] Cell Reports (2020). DOI: 10.1016/j.celrep.2020.107711

Medical Xpress, University of Pittsburgh (02/06/2020)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

istock-513987873
/ Fin de vie

Trisomie 21 et Covid : six fois plus de probabilité de ne pas être réanimé

Une étude indique qu’une personne porteuse de trisomie 21 et atteinte de Covid lors de l’épidémie avait six fois plus ...
Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres