Des couples infertiles conçoivent pendant le confinement

Publié le : 18 mai 2020

En Inde, neuf patientes du docteur Amit Patankar, gynécologue et expert en fécondation in vitro, « ont conçu naturellement pendant le confinement ». Leurs couples étaient considérés comme infertiles. L’un d’eux prévoyait de recourir à une ICSI[1] avant le confinement mais n’a pu commencer la procédure. Ils attendent désormais un bébé après sept ans de mariage.

Les médecins pensent qu’une baisse du niveau de stress, principalement lié au télétravail, et simplement au temps plus long passé l’un avec l’autre pourrait expliquer le phénomène. Un des patients du Dr Patankar est un homme de 30 ans ayant une faible concentration de spermatozoïdes, pauvres en motilité : « Sa femme a conçu naturellement ». D’autres cas sont recensés.

Si certains médecins expliquent que l’action des produits de stimulations qui continuent d’être efficaces serait en cause, d’autres pointent que les couples en confinement ont eu l’opportunité d’être plus proches, de mieux se parler. Le confinement leur a donné l’opportunité de respirer un meilleur air, de manger de façon plus saine et de vivre moins stressés ; les facteurs de stress étant des perturbateurs endocriniens connus.



[1] L’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde, aussi appelée ICSI (de l’anglais : intracytoplasmic sperm injection), est une technique de fécondation in vitro consistant en la micro-injection d’un spermatozoïde dans le cytoplasme d’un ovocyte mature (au stade de métaphase II de la méiose) grâce à une micro-pipette.

 

<p>Times of India, Umesh Isalkar (18/05/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres