Des cellules souches mâles et femelles fabriquées à partir du même individu

Publié le 29 Nov, 2022

Des chercheurs israéliens ont obtenu des cellules souches[1], mâles et femelles, à partir de la même personne. Ils sont ensuite parvenus à cultiver des cellules nerveuses, génétiquement identiques, mais dans une version mâle et une version femelle. Une « preuve de concept » qu’ils estiment pouvoir décliner pour toutes les cellules humaines. Ils expliquent vouloir développer une « nouvelle approche de l’étude des maladies et des traitements médicaux », afin d’étudier les différences chez l’homme et la femme. Leurs travaux sont publiés dans la revue Stem cell reports.

Les scientifiques du centre médical Hadassah de Jérusalem ont travaillé avec des cellules données par un homme atteint du syndrome de Klinefelter. Mais, fait inhabituel, son sang ne contient pas seulement les cellules XXY qui caractérisent le syndrome, mais aussi « de petites sous-populations de cellules normales masculines (XY) et féminines (XX) ». Cela a permis aux scientifiques de dériver des cellules souches génétiquement identiques sous forme masculine et féminine.

Le professeur Benjamin Reubinoff, auteur de l’étude, explique « qu’une réserve potentiellement infinie de cellules souches peut être cultivée à partir de celles de son laboratoire, et que celles-ci pourraient être utilisées pour un très grand nombre d’expériences, dans les universités, les hôpitaux et les entreprises pharmaceutiques », ce qu’il appelle de ses vœux, en raison de « la grande importance des différences entre les femmes et les hommes » (cf. Pr René Ecochard : « Il n’y a pas d’être humain asexué »).

 

[1] Des cellules souches pluripotentes induites (iPS)

Source : The Times of Israël, Nathan Jeffay (29/11/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres