Des cellules iPS moins sujettes au rejet immunitaire

Publié le 11 Mar, 2019

Une étude japonaise à paraitre vendredi dans la revue Cell Stem Cell rapporte que le développement de cellules iPS présente un risque de rejet moindre grâce à l’emploi de l’édition de gènes.

 

L’équipe dirigée par Akitsu Hotta de l’université de Kyoto a obtenu des cellules iPS à partir de cellules de personnes de divers types HLA[1], puis les a transformées en cellules sanguines après avoir supprimé certains gènes HLA par édition du génome. Réinjectées, ces cellules sanguines étaient moins sujettes à des attaques du système immunitaire receveur.

 

Pour aller plus loin: Une équipe américaine a mené des travaux similaires dont les résultats ont été publiés au mois de février (cf. Des cellules iPS « universelles » pour contourner les rejets de greffes).

 


[1] Le rejet survient lorsque le type d’antigène leucocytaire humain (HLA) de la cellule greffée est différent de celui exprimé par le receveur. Mais l’héritage de types HLA identiques est rare.

Japan Times (8/03/2019)

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres