Dépistage de la trisomie 21 : l’ « authentique » scandale du transhumanisme

Publié le : 4 février 2016

Dans son livre « les première victimes du transhumanisme » qui vient de paraître, Jean-Marie le Méné dénonce avec force « le ‘génocide’ programmé des enfants atteints de trisomie 21 ». En cause, la mise sur le marché de nouveaux tests de dépistage non invasifs de la trisomie 21 par Sequenom. Des tests non invasifs, « sans risque pour l’enfant ».  La startup « n’avait aucune intention médicale ». Une démarche « purement commerciale » basée sur ce que Sequenom appelle « ce mal nécessaire que représente le dépistage de la trisomie 21 ».

 

Jean-Marie Le Méné explique que la mise en place de ce test « renouvelle et radicalise l’approche eugéniste du dépistage anténatal ». Il montre que « l’eugénisme est une des dimensions du transhumanisme ». En effet, « faire de la PMA, prendre des cellules, les trier, les améliorer… c’est déjà du transhumanisme ! »

 

A propos de ce livre, Eric Zemmour explique qu’il dévoile un « authentique » scandale, « celui qui ne paie pas de mine. Le scandale qui ne fait pas scandale. Parce qu’il est trop scandaleux pour que les professionnels tarifés du scandale sans risque s’en saisissent ». Il ajoute : « L’auteur nous agace (…) Il touche où ça fait mal ». Enfin, si « Le Méné reconnaît qu’il a perdu son combat. La trisomie 21 sera bientôt éradiquée », « on a honte de s’en accommoder. On a honte de n’avoir rien fait ».

 

Pour aller plus loin : Transhumanisme et eugénisme : L’humanité en question ?

<p>Famille chrétienne (Antoine Pasquier) 04/02/2016 ; Le Figaro (Eric Zemmour) 04/02/2016<br />  </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres