Débusquer la stratégie des lobbies pro-euthanasie

Publié le : 12 décembre 2013

 L’hebdomadaire Valeurs Actuelles publie cette semaine une tribune de Guillaume Bernard, maître de conférence HDR à l’Institut catholique d’études supérieures, dans laquelle il déplore que l’ « opinion publique [soit] manipulée » et décortique la stratégie des lobbies pro-euthanasie en six points.

1/ Le débat est déplacé sur le terrain affectif. En exploitant des cas « plus ou moins probants », la corde sensible compassionnelle est sollicitée au détriment de la raison. « Le recours aux sentiments court-circuite l’analyse rationnelle. »
2/ le vocabulaire moralisateur est utilisé comme une arme. En témoigne, l’introduction dans les débats de la notion de « mourir dans la dignité » revendiquée par les lobbies. Ils monopolisent ainsi une « notion à connotation morale [qui] permet d’intimider le contradicteur ».
3/ Les amalgames vont bon train. Pour Guillaume Bernard, l’invention artificielle de la distinction entre « euthanasie passive » et « euthanasie active » résulte d’une confusion volontaire. Il s’agit d’assimiler  » la prescription de sédatifs (comme la morphine) dans le but de maîtriser la douleur avec l’injection de substances mortifères« . Pourtant, une grande différence existe « entre ce qui n’est qu’une conséquence incertaine de l’acte et sa finalité« . 
4/ La mise en place de dispositions juridiques, levier de l’encerclement. La conquête juridique s’effectue pas à pas pour ne pas « heurter » les esprits. Cela conduit à autoriser progressivement des actes creusant le sillon de l’euthanasie. « Alors que l’accès aux soins palliatifs est assez théorique, il est devenu licite d’arrêter ou de ne pas entreprendre un traitement sous prétexte d’éviter l’acharnement thérapeutique« . Par conséquent, « la frontière entre laisser et faire mourir est […] devenue perméable« . 
5/ le serpent de mer du « suicide assisté« , levier du contournement. Le suicide assisté est présenté comme un moyen d’atténuer des discriminations entre « celui qui a la capacité physique de mettre fin à ses jours et celui qui ne l’a pas ».
6/ Les dérives de l’euthanasie sont étoufées. L’auteur s’étonne du fait que « les dérives possibles ne sont jamais évoquées », au même titre que de nombreux aspects du débat. 

 

Enfin, Guillaume Bernard met les lobbies proeuthanasie face aux contradictions de leur discours et conclue par cette interrogation: « N’est-il pas cocasse que l’idéologie progressiste désespère de la science et suppose des maladies totalement incurables? »
 

<p> Valeurs Actuelles (Guillaume Bernard) 12/12/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres