Débat au Sénat sur l’inscription d’un “droit à l’avortement” dans la Constitution : beaucoup de bruit pour rien

Publié le 4 Avr, 2018

Mardi, le Sénat a débattu d’une proposition de loi visant à inscrire un « droit » à l’interruption volontaire de grossesse dans la Constitution. L’objectif étant de faire de l’avortement un «principe fondamental de notre République». L’occasion de passes d’armes entre sénateurs sur un sujet éminemment sensible.

 

A l’origine de l’initiative, Laurence Cohen, sénatrice du groupe communiste, qui estime que l’accès à l’IVG en France suscite « des raisons objectives d’être inquiet ». Pourtant, Veronica Noseda, coordinatrice du Planning familial considérait, lors de la publication des chiffres de l’avortement[1], que la France faisait partie des pays où l’accès est « important ».

 

Pour Jean-Philippe Derosier, professeur de droit constitutionnel à l’université de Lille, « c’est une utilisation purement symbolique de la révision constitutionnelle ». Outre le fait que cette inscription en changerait rien au droit, la Constitution « est notre socle fondamental du pacte républicain, et ne doit pas devenir le lieu d’inscription de toutes les mesures que seule une partie des élus estime essentielle ».

 

Lors de son intervention à la tribune, Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités, a estimé qu’il n’est pas nécessaire de constitutionnaliser le droit à l’IVG, jugeant qu’il faut «éviter à tout prix l’inflation législative, a fortiori en matière constitutionnelle». Elle a cependant rappelé qu’elle souhaitait des mesures pour favoriser une «offre accessible, diversifiée et de proximité» et qu’elle envisageait de renforcer « l’information fiable ».

 

Pour aboutir, l’inscription d’un tel droit dans la Constitution doit faire l’objet « d’une proposition de loi constitutionnelle venue d’un membre du Parlement ». Elle doit ensuite être adoptée par les deux chambres, puis faire l’objet d’un référendum. Sur son site le Sénat indiquait : « Aucun texte n’a franchi toutes les étapes de procédure ».

Libération, Virginie Ballet (03/04/2018) ; La Croix, Emmanuelle Lucas (02/04/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement

Le 12 avril, les députés polonais ont voté contre les motions appelant à rejeter quatre propositions de loi visant à ...
Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence
/ Genre

Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence

Le 10 avril, la pédiatre anglaise Hilary Cass a publié un rapport sur les services de prise en charge des ...
Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable
/ IVG-IMG

Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable

Selon la Cour suprême de l’Arizona, la loi datant de 1864 et interdisant la quasi-totalité des avortements est applicable ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres