De plus en plus d’avortements tardifs au Royaume-Uni : une banalisation de l’IVG

Publié le 29 Jan, 2019

Depuis cinq ans, 15 000 fœtus britanniques ont été avortés en fin de grossesse. Le secrétaire d’Etat à la Santé et aux Affaires sociales vient de révéler les statistiques sur les avortements tardifs au Royaume-Uni. Les avortements dits « tardifs » sont pratiqués après la 20ème semaine de grossesse. Là-bas, l’avortement est autorisé jusqu’à la naissance en cas de handicap, trisomie ou autre malformation fœtale.

 

Ce nombre augmente depuis cinq ans : 2 753 en 2013, 3 564 en 2017. Soit une augmentation de 30% en cinq ans, pour un total de 14 996 avortements. Parmi les bébés avortés en 2017, 3 314 l’ont été à cause d’un « risque que l’enfant naisse gravement handicapé ». Rien que pour la trisomie 21, le nombre d’avortements a augmenté de 50 % en dix ans[1], « malgré une prise de conscience plus positive des personnes vivant avec cette maladie ». Et le personnel médical fait état d’une pression très forte sur les parents pour effectuer les dépistages prénataux, puis, en cas d’anomalie fœtale, pour avorter.

 

Pourtant « des études montrent que les parents ne regrettent presque jamais de porter à terme un bébé qui va mourir »[2]. Sans compter, que malgré des avortements tardifs, de plus en plus d’enfants naissent vivants[3]. Si aucune statistique n’est établie sur le sujet, le Royal College of Obstetricians and Gynaecologists a rédigé plusieurs pages sur la façon de gérer cette question.

 

A vingt semaines de grossesse, le cerveau du fœtus fonctionne déjà, et son cœur bat. Il a des cheveux et des ongles, sa mère sent ses coups de pieds et son hoquet. Il est même capable de réagir à des stimuli douloureux. A cet âge, personne ne peut affirmer que le fœtus n’est qu’un amas de cellules. L’augmentation des avortements à ce stade avancé témoigne d’une « normalisation de l’avortement », qui est un « signe inquiétant » de la façon dont la mort devient une « solution médicale ».

 

Voir aussi :

“Interruption Médicale de Grossesse” : vers un eugénisme assumé

 


[1] Trisomie 21 : le nouvel eugénisme américain ?

[2] Soins palliatifs néonataux : Rencontrer son enfant qui va mourir

[3] Heily, née vivante après une IMG, va bien. Ses parents sont heureux.

Leur enfant survit à un avortement, la famille porte plainte pour erreur médicale

SPUC (24/01/2019) –15,000 babies killed in late term abortions in 5 years

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

istock-513987873
/ Fin de vie

Trisomie 21 et Covid : six fois plus de probabilité de ne pas être réanimé

Une étude indique qu’une personne porteuse de trisomie 21 et atteinte de Covid lors de l’épidémie avait six fois plus ...
Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres