CRISPR-cas9 : Les deux chercheuses à son origine mettent en garde contre « une mauvaise utilisation de leur découverte »

Publié le : 12 février 2016

Alors qu’elles recevaient le titre de Docteur honoris causa à la KULeuven, les deux chercheuses à l’origine de la technique CRIPSR-cas9, Emmanuelle Charpentier, microbiologiste française, et Jennifer Doudna, généticienne américaine, « ont voulu mettre en garde quant à une mauvaise utilisation de leur découverte ».

 

Jennifer Daoudna craint « que quelqu’un ne veuille être le plus rapide, et que cette technique, dans ses applications, ne devienne dangereuse ». Elle insiste sur la nécessité d’une réglementation claire empêchant que des gens n’utilisent cette technique pour « créer l’enfant parfait ». Emmanuelle Charpentier, opposée pour l’instant à la manipulation des gènes héréditaires, souligne que la législation européenne circonscrit le champ d’application de la technique : « De telles manipulations sur des cellules humaines ne peuvent l’être qu’à titre préventif et thérapeutique ».

 

Note Gènéthique : Pour aller plus loin, voir…

CRISPR-Cas9 : « Catastrophe éthique » ?

Modifications génétiques d’embryons humains : une fracture symbolique qui appelle un sursaut éthique

Le Comité internationale de bioéthique de l’Unesco appelle à un moratoire sur les techniques d’édition de l’ADN

Comment protéger le génome humain, patrimoine de l’humanité ?

Génome humain et droits de l’homme : Quelles suites au rapport de l’UNESCO ?

<p>Institut Européen de Bioéthique (12/02/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres