Covid-19 : Au Canada, certains Etats renoncent à l’aide médicale à mourir. Pas tous.

Publié le : 30 mars 2020

Au Canada, « au moins deux établissements de l’Ontario » ont renoncé à pratiquer l’aide médicale à mourir (MAiD[1]) « afin de limiter les risques de transmission du virus » et « dégager des ressources ». D’autres n’ont pas fait ce choix, considérant ce « service » comme « essentiel ». Et permettent même « une évaluation virtuelle de l’éligibilité » du patient.

 

Dans une note, le réseau régional d’aide médicale à mourir de Champlain indique qu’« après un examen minutieux des principes visant à prévenir la transmission du COVID-19 et à préserver les ressources en matière de soins de santé, et en accord avec la réduction progressive des services électifs dans la province, à compter de maintenant, nous ne fournirons plus de procédures MAiD communautaires ni de procédures pour patients hospitalisés à l’hôpital d’Ottawa ». « Contrairement à Ottawa et à Hamilton », le réseau de santé universitaire (UHN) de Toronto continue à proposer l’aide médicale à mourir. « Nous avons dû prendre des décisions très difficiles concernant d’autres services et programmes qui ont été mis en attente ou fermés pendant cette pandémie », a déclaré son directeur Mark Bonta. Mais « nous avons (…) considéré ce service comme essentiel ».

 

De leurs côtés, « la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Écosse ont déjà modifié temporairement certaines de leurs règles MAID afin d’exposer moins de professionnels de la santé au risque d’attraper le coronavirus ».

 

L’aide médicale à mourir est légale au Canada « depuis 4 ans ».

 

 

Pour aller plus loin :

Canada : un établissement pour personnes en fin de vie refuse de proposer l’aide médicale à mourir. Il perd son financement public

Projet de loi en Ottawa : plus besoin d’être en fin de vie pour obtenir le suicide assisté

Face aux dérives euthanasiques au Québec, un appel aux personnes souffrant de troubles mentaux : « Tu es indispensable »

Canada : Le suicide assisté dope le don d’organes en Ontario

« Il y a des gens qui demandent l’aide médicale à mourir. Moi, je veux l’aide médicale à vivre »

 


[1] Medical Aid in Dying.

<p>BioEdge, Michael Cook (29/03/2020) – The Globe and Mail, Kelly Grant (27/03/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres