Contraception : la gratuité étendue jusqu’à 25 ans

Publié le 9 Sep, 2021

Ce jeudi, le ministre de la santé Olivier Véran a annoncé que la gratuité de la « contraception hormonale »[1] serait étendue aux femmes jusqu’à 25 ans à partir du 1er janvier prochain. Actuellement, cette mesure concerne les jeunes femmes mineures[2]. « Il y aura une prise en charge de la contraception hormonale, du bilan biologique qui peut aller avec, de la consultation de prescription et de tous les soins qui sont liés à cette contraception jusqu’à 25 ans” », a-t-il déclaré sur France 2. Cette décision serait motivée par le « recul de la contraception chez un certain nombre de jeunes femmes », en raison de son coût principalement. Cette mesure représente « un effort de 21 millions d’euros » par an a encore annoncé Olivier Véran.

Dans un tweet, Pascale Morinière, vice-présidente des Associations Familiales Catholiques, s’interroge sur l’utilité de cette extension : « Les Françaises ont le record contraceptif mondial mais encore une grossesse sur trois est non désirée » écrit-elle, mettant en évidence le paradoxe contraceptif.

[1] « Toutes les contraceptions féminines prises en charge par l’Assurance-maladie, sans distinction » a par la suite précisé le ministère de la santé (certaines pilules, les stérilets, les implants et les diaphragmes).

[2] Depuis 2013, la contraception hormonale est gratuite pour les jeunes femmes de 15 à 18 ans ; depuis août 2020, les jeunes filles de moins de 15 ans sont également concernées.

 

Source : AFP (8/09/2021)

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres