Conseil de l’Europe et Congrès américain : réactions autour de la naissance d’Eve

Publié le : 3 janvier 2003

A la suite de l’annonce la naissance d’Eve, Walter Schwimmer, secrétaire général du Conseil de l’Europe, a lancé un appel aux Etats membres qui n’ont pas encore signé et ratifié le Protocole additionnel à la Convention européenne sur la Biomédecine interdisant le clonage humain afin de les engager à s’exécuter en 2003. M. Schwimmer rappelle que l’Europe doit être "une zone sans clonage où les biotechnologies respectent la dignité humaine". Le secrétaire général a également appelé les Etats observateurs – comme les Etats-Unis – à rejoindre l’alliance européenne contre la violation de la dignité humaine par le clonage.
De son côté, Georges Bush appelle à une interdiction nationale du clonage humain et "souligne la nécessité pour le nouveau Congrès d’adopter un projet de loi interdisant tout clonage humain". Si certains états américains ont l’intention d’interdire le clonage humain dans leurs états, c’est le Congrès, parlement américain, qui doit statuer sur une interdiction nationale. Or le Congrès est divisé sur ce qu’il faut interdire, distinguant le clonage thérapeutique du clonage reproductif. La chambre des représentants a voté en août 2001 un projet de loi interdisant le clonage humain qu’il soit thérapeutique ou reproductif (cf. revue de presse du 02/08/01). Depuis le Sénat n’a toujours pas légiféré. Les travaux devraient débuter le 7 janvier prochain.

La Croix (Laurent d'Ersu) 03/01/03 - Newspress.com 02/01/03

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres