Concevoir des enfants plus forts par fécondation in vitro

Publié le 2 Fév, 2006

D’après une étude de la revue Reproductive BioMedicine, le poids d’un enfant à naître dépendrait de la division cellulaire de l’embryon humain dans les 2 ou 3 premiers jours de l’existence.

Pour cela l’équipe du docteur Eliane Lieberman a examiné 447 dossiers de femmes qui ont eu recours à la technique de la fécondation in vitro et qui ont eu un enfant unique et bien portant. Ils ont comparé le poids des enfants à la naissance et le nombre de cellules qui constituaient l’embryon 72 heures après la fécondation in vitro. Selon  que les embryons aient été réimplantés chez les futures mères avec moins de 7 cellules, avec 7 ou 8 cellules ou plus de 8 cellules, les poids moyens  des enfants de ces 3 groupes à la naissance étaient respectivement de 3 388, 3 452 et 3 550 grammes. D’après leurs conclusions, chaque cellule embryonnaire supplémentaire au stade de l’implantation utérine correspondrait donc à un gain de 42,7 grammes.

Le journaliste précise que l’on peut imaginer sélectionner les embryons selon leur nombre de cellules pour ne réimplanter que ceux prédisposés à un poids optimal.

Le Monde (Jean Yves Nau) 02/02/06

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »
/ Genre

Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »

La WPATH a recommandé la prescription de « bloqueurs de puberté » et d’hormones du sexe opposé, sans attendre les conclusions ...
Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise
/ Don d'organes

Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise

Plusieurs mesures sont envisagées : augmenter les échanges transfrontaliers, le recours aux donneurs « marginaux » ou la généralisation du consentement présumé ...
Royaume-Uni : pas de hausse importante des suicides depuis la restriction des bloqueurs de puberté
/ Genre

Royaume-Uni : pas de hausse importante des suicides depuis la restriction des bloqueurs de puberté

Selon un rapport indépendant, le taux de suicide n'a pas fortement augmenté depuis que le NHS a restreint l'accès aux ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres