Comparaison des génomes et tumeurs

Publié le 3 Juil, 2006

Parus dans la revue Cell, deux comptes rendus de recherche (sur le cancer du foie et les mélanomes) prouvent l’efficacité de la comparaison des génomes murins et humains pour identifier les altérations génétiques à l’origine des cancers humains.

Certains gènes impliqués dans le développement et la dissémination de tumeur chez l’homme ont été identifiés grâce à l’analyse du génome de souris malade.

En comparant les altérations génétiques identifiées dans les cellules tumorales de petits mammifères et dans celles des hommes et en mettant en évidence les mutations importantes, les chercheurs espèrent comprendre les mécanismes de l’oncogenèse et identifier des cibles thérapeutiques potentielles.

C‘est ainsi que Zender et coll. ont étudié l’oncogenèse hépatique. En utilisant des souris génétiquement modifiées, particulièrement sensibles aux carcinomes hépatocellulaires, les chercheurs ont mis en évidence une série de mutations potentiellement responsables de la progression tumorale hépatique. En les comparant ensuite aux données génétiques disponibles sur les tumeurs hépatiques humaines, ils ont identifié deux gènes dont l’amplification semble impliquée dans la cancérogenèse : la cIAP1 et le Yap.

Kim et coll. ont eux étudié la genèse des mélanomes et les événements génétiques qui conduisent à la formation de métastase. Avec la même méthode, ils ont pu identifier une amplification chromosomique qui ne contient qu’un gène codant : le Nedd9.

Le Quotidien du Médecin 03/07/06

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres