Colloque sur les cellules souches adultes au Sénat

Publié le 23 Nov, 2007

Hier, jeudi 22 novembre, au Sénat, s’est tenu un colloque sur les cellules souches adultes et les cellules issues du sang de cordon ombilical. Placé sous le haut patronage du Président du Sénat et parrainé par l’Académie Nationale de Médecine, ce colloque était organisé par le groupe UMP du Sénat. Il était présidé par Madame Marie-Thérèse Hermange, sénateur de Paris, membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et membre correspondant de l’Académie Nationale de Médecine.

Au cours de son intervention, le Docteur Nico Forraz (Université de Newcastle) a annoncé le lancement, prochain, d’un consortium international sur la recherche sur les cellules souches de sang de cordon, baptisé Novus Sanguis. Créé par l’équipe du Professeur Colin Mc Guckin (Université de Newcastle) et la Fondation Jérôme Lejeune, Novus Sanguis réunira des laboratoires de plusieurs pays.

Le Professeur Eliane Gluckman, présidente de l’Association européenne Eurocord et médecin consultant à l’hôpital Saint-Louis (Paris), a souligné le besoin de développer la recherche sur le sang de cordon. "Le sang de cordon représente le futur de la thérapie cellulaire hématopoïétique et potentiellement de la médecine régénératrice. Ce potentiel se réalisera quand le potentiel thérapeutique du sang de cordon sera mieux connu", a-t-elle déclaré. Elle a par ailleurs insisté sur la nécessité d’augmenter le stock de sang de cordon dont dispose la France : "cette augmentation est un véritable enjeu de santé publique".

A ce jour, la France compte 6 076 unités de sang placentaire (contre 14 000 et 16 000 en Italie et en Espagne, par exemple), alors que la demande est estimée à 50 000 greffons de sang de cordon. En attendant, en 2006, la France a importé 53% de ses unités de sang placentaire…

Les participants ont ensuite longuement débattu du développement des banques de sang de cordon (il y en a deux en France actuellement : Besançon et Bordeaux, et bientôt deux supplémentaires à Paris et Montpellier) et des formes qu’elles peuvent revêtir. Quel système serait le plus adapté pour la France, qui permettrait d’associer les avantages des banques autologues à ceux des banques allogéniques ? Il semble nécessaire à la fois de laisser la liberté aux parents de stocker le sang de cordon de leurs enfants (banques autologues) et de respecter le principe de solidarité, en offrant à tous la possibilité de disposer de cette nouvelle source de cellules (banques allogéniques).

Le Docteur Michèle Martin (Service de Génomique fonctionnelle au CEA, Evry) a consacré son intervention aux cellules souches de peau, dont elle a démontré l’efficacité. Elle est aussi revenue sur la formidable publication de Shinya Yamanaka (cf. Synthèse de presse du 21/11/07). Elle a notamment annoncé que Shinya Yamanaka travaille déjà à contourner les risques tumorigènes de sa technique, en isolant le gène responsable.

Devant les progrès considérables accomplis grâce aux cellules adultes et de sang de cordon, le Pr Huriet a insisté sur la nécessité d’intensifier les efforts, notamment au plan politique, pour favoriser ces recherches. Il a également demandé la poursuite du moratoire sur la recherche sur les cellules souches embryonnaires mis en place par la loi de bioéthique de 2004, en maintenant l’interdit de principe de faire de la recherche sur les embryons énoncé par cette loi. L’annonce de Ian Wilmut, "père" de la brebis clonée Dolly, selon laquelle il abandonnait ses recherches sur le clonage, au profit de la production de cellules souches sans utiliser d’embryon (cf. Synthèse de presse du 19/11/07), le conforte dans cette idée.

Parmi les autres intervenants, citons : le Professeur Martijn van Griensven (Ludwig Boltzmann Institute for Experimental and Clinical Traumatology – Vienne) sur les cellules épithéliales et mésenchymateuses ; le Professeur Krystina Domanska-Janik (Center for Tranfusion medicine, cell Therapy and Criobiology – Varsovie) sur les cellules souches neurales ; le Docteur Lorenza Lazzari (Center for Transfusion Medicine, Cell Therapy and Criobiology – Milan) sur les cellules souches du liquide amniotique ; le Professeur Colin Mc Guckin (Université de Newcastle) et le Professeur Dominique Charron (Hôpital Saint-Louis – Paris) sur les banques publiques – banques privées ; Monsieur Jean Maribert (Directeur général de l’Afssaps – Paris) sur la thérapie cellulaire et la sécurisation des patients.

En conclusion des travaux de la Journée, Jean-Claude Ameisen, président du Comité d’éthique de l’Inserm, est revenu sur la découverte révolutionnaire de Shinya Yamanaka. Il a mis en parallèle le fait que 10 ans se sont écoulés entre la première brebis clonée et les premiers primates clonés ; que 15 ans ont été nécessaires pour passer des cellules souches embryonnaires de souris aux cellules souches embryonnaires humaines ; alors qu’il a fallu à peine 1 année à Shinya Yamanaka pour passer de sa découverte sur l’animal (publiée en août 2006) à son application à l’homme.

Gènéthique

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »
/ Fin de vie

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »

Un jeune Belge, diagnostiqué haut potentiel et autiste, a effectué 7 tentatives de suicide. « Après en avoir discuté avec ...
istock-518234140
/ Genre

Genre : ménopausées à 20 ans à cause de la testostérone

Une étude révèle que les hommes transgenres souffrent de problèmes « post-ménopause », comme l'incontinence, dès l'âge de 20 ans ...
Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical
/ E-santé

Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical

Au Kenya, l’application Snark Health propose aux patients de vendre leurs données de santé pour ne pas avoir à payer directement leurs ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres