Cœur Carmat : un pas vers sa mise sur le marché

Publié le 12 Juil, 2016

 

La société française Carmat a annoncé ce mercredi matin avoir obtenu les autorisations nécessaires du Comité de Protection des Personnes (CPP) et de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) pour démarrer son étude pivot[1] en France (cf. Les cœurs artificiels, un « marché » en pleine expansion ). Il s’agit d’une « étape capitale », commente la société, qui « s’inscrit dans le processus de marquage CE », lui-même préalable à la mise sur le marché du cœur artificiel.

 

Vingt-cinq patients seront concernés par cette étude, dont les critères d’éligibilité ont été assouplis : les patients éligibles à la transplantation dont la probabilité d’obtenir un greffon est très faible pourront être implantés en plus des malades souffrants d’insuffisance cardiaque bi-ventriculaire terminale. Pour les quatre patients greffés lors de l’étude pilote, « le temps de survie après implantation a été très variable », mais « Carmat assure que leur décès n’est pas dû à une défaillance de la prothèse » (cf. Décès du quatrième patient greffé avec un cœur Carmat ).

 

Carmat a également « engagé des démarches pour obtenir les autorisations d’implantation de son cœur artificiel dans différents pays d’Europe ». Dans son communiqué, la société reste « prudente » et « n’indique pas de date pour une mise sur le marché », initialement prévue en 2013.

 

[1] Une « étude pivot » ou étude de phase 3 d’un essai clinique est l’étude comparative d’efficacité.

La Tribune, Jean-Yves Paillé (13/07/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres