Cœur artificiel : le 2e patient mène une “vie normale”

Publié le 19 Jan, 2015

Le Pr Alain Carpentier, co-fondateur de société Carmat, annonce ce matin dans Le Parisien que le deuxième patient à avoir reçu un cœur artificiel Carmat, le 5 août dernier au CHU de Nantes, est rentré chez lui début janvier et mène “une vie normale”. Cet homme de 68 ans souhaite garder l’anonymat. “Il souffrait d’une insuffisance cardiaque terminale et n’avait plus que quelques semaines à vivre avant l’intervention” révèle la presse. C’est le Pr Daniel Duveau qui a réalisé cette seconde greffe.

 

Fin 2013, un patient avait bénéficié de la première implantation d’un cœur artificiel, conçu par la société Carmat. Claude Dany, âgé de 76 ans, avait survécu 75 jours grâce à cet organe artificiel (Cf. synthèse Gènéthique du 17 juillet 2014). Après le décès de ce premier patient, la deuxième greffe de cœur artificiel avait été menée en toute discrétion au CHU de Nantes (Cf. Synthèse Gènéthique du 5 septembre 2014). Le Pr Carpentier explique que, pour cette deuxième opération, ils ont “choisi un malade plus jeune, aux fonctions rénales et hépatiques encore peu atteintes, et avec une bonne fonction pulmonaire”.

 

Dans la matinée, la société Carmat a diffusé un communiqué. Cette annonce a provoqué l’envol du titre à la Bourse de Paris.  

Le Parisien 19/01/2015 – Blog Jean-Yves Nau 19/01/2015 – Pourquoi Docteur ? (Arnaud Aubry) 19/01/2015

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres