Clonage : le constat du Monde

Publié le : 13 décembre 2004

Jean-Yves Nau du Monde revient sur la naissance de Dolly, premier mammifère cloné c’est à dire créé à partir du clonage, transfert d’un noyau de cellule prélevée sur un mammifère adulte dans un ovule énucléé.

Huit ans après la naissance de Dolly, de nombreuses équipes dans le monde se sont engagées dans la recherche sur le clonage et ont démontré que ce qui avait été possible avec une brebis, l’a été également par la suite chez la chèvre, le porc, la vache, le cheval, des chats, la souris ou le lapin. Mais, comme le souligne Jean-Yves Nau, "de très nombreuses questions scientifiques restent aujourd’hui sans réponse. Les taux d’efficacité de la technique demeurent très faibles et les animaux clonés peuvent présenter des anomalies dont on n’explique pas l’origine".

La question du clonage ne se limite pas au clonage reproductif mais comporte également la question de clonage thérapeutique. Ce dernier suppose la fabrication par clonage d’un embryon pour en extraire ses cellules souches. Ces cellules souches embryonnaires ont été identifiées comme pouvant être mises en culture et se transformer dans tous les tissus et cellules de l’organisme. Mais Jean-Yves Nau précise que "de très nombreux obstacles techniques restent à franchir pour que cette nouvelle médecine, d’ores et déjà qualifiée de régénératrice, puissent trouver ses premières applications" et pose les limites éthiques d’une telle technique :"peut-on fût-ce pour les meilleures raisons du monde, autoriser la création d’embryons humains à d’autres fins que procréatives ? Accorder une telle autorisation ne conduira-t-il pas, immanquablement, à transformer l’embryon en chose ?"

Le Monde (Jean-Yves Nau) 12/12/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres