Chine : le gouvernement passe à la politique des trois enfants

Publié le 2 Juin, 2021

La Chine autorise désormais aux familles un troisième enfant. L’annonce a été faite lundi par le gouvernement chinois. C’est le deuxième assouplissement de la « politique de l’enfant unique », en vigueur depuis les années soixante. En 2016, des « préoccupations généralisées » concernant « le vieillissement de la population active et la stagnation économique » ont déjà conduit la Chine à passer à une « politique des deux enfants », mais cela n’a pas provoqué le baby-boom espéré par les autorités.

Malgré les efforts déjà déployés par l’Etat pour inciter les couples à avoir des enfants, « le nombre annuel de naissances en Chine a continué de chuter ». En 2020, avec 12 millions de naissances en 2020, il n’a jamais été aussi faible. Les résultats du recensement de 2020, publiés le mois dernier, montrent que la population chinoise, 1,41 milliard d’habitants, augmente de plus en plus lentement. Le taux de fécondité est de 1,3 enfant par femme, ce qui est insuffisant pour le renouvellement des générations.

Selon les prévisions, un tiers des Chinois seront âgés en 2050. Les experts s’attendent à une pénurie de jeunes actifs, qui devront financer des centaines de millions de personnes âgées. L’Etat subira une « pression énorme » pour continuer à assumer les retraites et les soins médicaux. Le gouvernement espère encore inverser la tendance à temps avec ce revirement de politique.

La génération des femmes jeunes, « vivant dans la normalité hyperconcurrentielle des villes de la Chine moderne, où un bon travail et un logement sont difficiles à trouver » semble cependant peu intéressée par cet assouplissement de la planification familiale, la plus stricte du monde. L’augmentation du coût de la vie et « le fait que les femmes, de plus en plus autonomes et éduquées, retardent ou évitent la naissance de leurs enfants » font qu’elles sont nombreuses à ne pas vouloir d’enfant, ou un seul, mais plus tard.

Plusieurs décennies de politique de l’enfant unique, associées à la préférence sociale traditionnelle pour les garçons ont également conduit à un déséquilibre prononcé entre les sexes, « suscitant une génération d’avortements sélectifs du sexe et de bébés filles abandonnés ».

 

Source : Medical Press, Laurie Chen (31/05/2021) – Photo : Pixabay\DR

Partager cet article

Synthèses de presse

Supprimer la clause de conscience ? Des questions juridiques et éthiques
/ IVG-IMG

Supprimer la clause de conscience ? Des questions juridiques et éthiques

Depuis le lundi 29 novembre 2021, l’Assemblée nationale examine la proposition de loi « visant à renforcer le droit à ...
02_ogm_mais_8
/ OGM

La Commission européenne pourrait déréguler les « nouveaux OGM » dès 2023

La directive 2001/18 encadre actuellement « la mise sur le marché, la traçabilité et l’étiquetage des cultures génétiquement modifiées ...
Belgique : bientôt plus de mention du sexe sur les cartes d’identité
/ Genre

Belgique : bientôt plus de mention du sexe sur les cartes d’identité

Pour la Cour constitutionnelle le maintien des catégories homme ou femme pour l'inscription du sexe sur l’acte de naissance est ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres