Cellules souches iPS : un progrès pour l’organogenèse

Publié le 21 Sep, 2010

Des chercheurs de l’université de Tokyo ont obtenu une première mondiale : la naissance de souris dotées d’un pancréas fonctionnel de rat bien que ces rongeurs soient d’espèces différentes.

Les chercheurs ont d’abord modifié génétiquement des embryons de souris afin qu’ils ne puissent pas produire un pancréas durant leur développement. Ils ont ensuite injecté à ces embryons, âgés de trois jours, des cellules souches pluripotentes induites (iPS) dérivées de cellules de queue de rat, avant de les implanter à des souris. Ils ont constaté que les souris nées à la suite de cette expérience avaient un pancréas constitué exclusivement de cellules de rat, qui s’est révélé fonctionnel chez ces souris devenues adultes : leur glycémie s’est avérée normale.

Bien qu’un certain nombre de tissus peuvent aujourd’hui être produits à partir de cellules souches, les chercheurs ne parviennent pas à produire des organes entiers in vitro du fait de la complexité des processus d’organogenèse. Cette expérience sur la souris permettrait toutefois de penser la possibilité "d’utiliser une espèce animale pour produire in vivo un organe fonctionnel d’une autre espèce à partir de cellules souches pluripotentes".

Bulletins Electroniques Japon (Jean-Baptiste Bourdin) 21/09/10

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres