Japon : des cellules iPS utilisées avec succès sur un patient paralysé

Publié le 14 Jan, 2022

Ce vendredi, l’université Keio de Tokyo a annoncé avoir lancé un essai clinique utilisant des cellules souches pluripotentes induites (iPS), pour traiter des patients atteints de lésions de la moelle épinière. Le ministère de la santé avait approuvé l’essai en février 2019 (cf. Cellules iPS et lésion de la moelle épinière : approbation d’un premier essai clinique japonais)

Dans ce cadre, un premier patient a reçu une greffe de deux millions de cellules neurales dérivées de cellules iPS, au niveau de la région blessée de sa moelle épinière. Il « se porte bien » annonce l’université ; il suit désormais une rééducation et reste sous surveillance médicale.

Trois autres patients seront inclus dans l’essai : la greffe doit avoir lieu entre deux et quatre semaines après un accident ayant provoqué de telles lésions (accident de la route ou en pratiquant du sport). Un comité indépendant d’experts devra évaluer les données recueillies sur le premier patient avant de donner son feu vert pour une deuxième greffe, probablement au mois d’avril.

Il s’agit d’un essai clinique de type 1, qui évalue la sécurité du traitement mais ne se concentre pas sur son efficacité. Les cellules iPS utilisées proviennent de la banque de l’université de Kyoto.

Au Japon, d’autres essais cliniques utilisant des cellules iPS sont en cours. Ces cellules sont obtenues par la reprogrammation de cellules adultes, et peuvent ensuite être différenciées en tous types de cellules (sauf le placenta) [1] (cf. « A l’avenir toutes les maladies pourront potentiellement être traitées grâce aux cellules issues d’iPS »).

 

Complément du 09/02/2022 : Des chercheurs de l’université de Tel-Aviv ont annoncé cette semaine « avoir réparé la moelle de souris avec des neurones dérivés de cellules souches pluripotentes induites ». Ils précisent préparer un essai clinique chez l’homme. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Advanced Science.

 

[1] La mise au point de ces cellules par le Professeur Yamanaka en 2006 lui a valu en 2012 le prix Nobel de médecine. Elles sont une alternative éthique à la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines.

Sources : Japan Times (14/01/2022) ; AFP (14/01/2022) ; Medical Xpress, Tel-Aviv University (07/02/2022) ; Lior Wertheim et al, Regenerating the Injured Spinal Cord at the Chronic Phase by Engineered iPSCs‐Derived 3D Neuronal Networks, Advanced Science (2022). DOI: 10.1002/advs.202105694

Partager cet article

Synthèses de presse

Marché de la PMA : Chypre affiche ses ambitions
/ PMA-GPA

Marché de la PMA : Chypre affiche ses ambitions

Chypre entend devenir une destination privilégiée du "tourisme médical" en matière de PMA. Choisir le sexe de son bébé y ...
Allemagne : le Conseil d'éthique entre prévention du suicide et "autodétermination"
/ Fin de vie

Allemagne : le Conseil d’éthique entre prévention du suicide et “autodétermination”

Le comité d'éthique souhaite créer une « prise de conscience », préciser « les contours préalables aux décisions de suicide ...
cese
/ Fin de vie

Convention citoyenne sur la fin de vie : le CESE se dote d’un “comité de gouvernance”

La SFAP propose aux participants à la convention une "immersion d’un ou deux jours dans une structure de soins palliatifs" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres