Cellules souches : développement de coeurs humains en laboratoire

Publié le 12 Avr, 2011

Une équipe de chercheurs de l’université de Minneapolis, conduite par le Dr. Doris Taylor, experte en médecine régénérative, a réussi à développer des coeurs humains en laboratoire. En 2008, ces chercheurs étaient déjà parvenus à développer des coeurs de rat et de cochon en utilisant des cellules musculaires issues du coeur des animaux. Bien que fonctionnels, les organes étaient toutefois trop frêles pour être greffés à des animaux.

Les chercheurs ont utilisé les coeurs de donneurs morts dont ils ont extrait les cellules musculaires pour ne conserver que la structure collagène du coeur. Ils y ont ensuite injecté des cellules souches humaines issues de patients qui se sont développées autour de la structure, se transformant finalement en cellules cardiaques saines. "Les coeurs grandissent et nous espérons qu’ils vont montrer des signes de battement dans les prochaines semaines" a déclaré le Dr. Taylor.

Comme pour l’expérience sur les animaux, ces coeurs ne seront sans doute pas greffables. Le Dr Taylor souligne que de nombreux obstacles restent à franchir : "nous sommes encore bien loin de générer un coeur tout à fait fonctionnel mais nous pensons que nous avons ouvert la voie à la possibilité de développer des organes pour des transplantations".

Maxisciences 05/04/11 – 20minutes.fr 04/04/11 – Daily Mail (David Derbyshire) 04/04/11

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres