Cellules iPS : succès d’une allogreffe chez le singe

Publié le 22 Sep, 2016

La thérapie cellulaire à base de cellules iPS (induced Pluripotent Stem cell) progresse. L’équipe du Centre de biologie du développement de l’Institut Riken, dirigée par l’ophtalmologiste Masayo Takahashi « vient de démontrer que des cellules iPS produites à partir de cellules prélevées sur un singe peuvent être transplantées chez un autre singe, et ce sans phénomène de rejet », contournant ainsi l’un des problèmes majeurs de ces greffes.

 

Les cellules iPS sont des cellules adultes différenciées transformées en cellules pluripotentes, « capable de redonner n’importe quel type de cellule de l’organisme ». Masayo Takahashi mène un essai clinique utilisant ces cellules pour soigner des patients souffrant de Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) (cf. Japon : Reprise du premier essai clinique utilisant des cellules iPS). Cependant dans cet essai, « les cellules proviennent de cellules prélevées chez le même patient, afin d’assurer une parfait compatibilité immunologique ». Or cette technique est « longue et coûteuse, car les cellules reprogrammées se développent à la même vitesse que des cellules normales et le patient doit attendre plus d’un an avant d’être greffé ».

 

Le succès de leur étude chez le singe permettrait d’accélérer le processus en pratiquant des allogreffes, « c’est-à-dire en collectant chez les uns pour administrer chez les autres ». Créer des banques de cellules iPS, pour les transplanter chez les patients, tel est l’objectif de ces chercheurs. Pour cela il faut contourner les problèmes de « réponse immunitaire et de rejet de tissus », ce qui a été effectué entre singes : les scientifiques « ont sélectionné des cellules qui exprimaient à leur surface des molécules communes avec d’autres individus et donc a priori compatibles ». Ce qui s’est révélé un succès, et permet de «lancer l’étape suivant, la mise en place de banques de cellules iPS prêtes à l’emploi et utilisables par tous ».

Le Temps, Rafaele Brillaud (15/09/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population "transgenre" a entre 16 et 34 ans
/ Genre

Angleterre et Pays de Galles : près de la moitié de la population “transgenre” a entre 16 et 34 ans

En Angleterre et au Pays de Galles, 47% des personnes interrogées qui se sont revendiquées comme « transgenres » avaient ...
Ecosse : une "femme transgenre" n’ira pas dans une prison pour femmes
/ Genre

Ecosse : une “femme transgenre” n’ira pas dans une prison pour femmes

Condamnée pour le viol de deux femmes en 2016 et 2019, Isla Bryson, une femme transgenre, devra purger sa peine ...
artificial-intelligence-2167835_1920
/ E-santé, Transhumanisme

ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »

Le succès de ChatGPT relance le débat sur les dangers de l’intelligence artificielle. Une « réflexion prospective » doit être menée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres