CEDH : l’accès à la PMA post-mortem relève du droit national

Publié le 13 Déc, 2022

Dans une décision du 8 décembre 2022, Pejrilova contre République Tchèque, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a déclaré que la convention n’exige pas des pays qu’ils autorisent l’insémination avec le sperme d’une personne décédée. Elle confirme donc la décision de la Cour constitutionnelle tchèque selon laquelle une femme ne peut pas utiliser le sperme de son défunt mari.

En l’espèce, marié en 2012, un couple qui ne parvenait pas à avoir d’enfants, a contacté un centre de PMA. Après la signature d’un formulaire de consentement relatif au prélèvement et à la conservation de ses gamètes, le sperme de l’époux est cryoconservé en juin 2014. Dans le formulaire, il autorisait la destruction de ses gamètes en cas de décès.

Puis, le 15 décembre 2014, le couple s’engage dans le processus de FIV. Ils signent alors un formulaire ensemble, autorisant la décongélation des gamètes et la fécondation in vitro. Mais la demande expire six mois plus tard, le 15 juin 2015, la veille du décès du conjoint qui était atteint d’une maladie, et sans que la fécondation ait été effectuée.

Une demande contraire à la loi tchèque

Malgré le décès de son mari, l’épouse demande à ce que le processus de FIV soit enclenché. Elle fait alors face au refus du centre pour non-respect de la loi. En effet, la loi tchèque relative aux services de santé spécifiques, réserve l’accès de la PMA aux couples. Une femme seule ne peut pas y recourir. Cette même loi exige également le consentement écrit des deux parties. Or, le formulaire n’était plus valide et le conjoint avait donné l’autorisation de destruction de son sperme à son décès. Après avoir engagé une bataille judiciaire pour violation de son droit à une vie de famille, la Cour constitutionnelle rejette la demande de la femme le 8 novembre 2018.

Une plainte devant la CEDH

Elle dépose alors plainte devant la Cour européenne des droits de l’homme. Elle affirme que son mari avait consenti à la procédure et que le refus de lui accorder la FIV viole ses droits humains. De son côté, le droit tchèque précise que le simple souhait de fonder une famille n’est pas protégé par l’article 8 et qu’« il est dans l’intérêt supérieur de l’enfant d’avoir ses deux parents ». De plus, le décès de son époux ne lui permet pas d’avoir accès à cette technique de reproduction, d’autant plus qu’elle n’est pas infertile.

Statuant sur la question « moralement et éthiquement délicate » de la FIV, la CEDH a déclaré que la convention ne prévoyait aucune protection pour que l’épouse utilise le sperme de son mari décédé.

Seuls sept pays européens autorisent la PMA post-mortem. Il s’agit de la Belgique, du Danemark, de l’Estonie, de l’Italie, des Pays-Bas, de la Grèce et du Royaume-Uni.

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : plus de 500 Japonaises ont eu recours à des donneurs de sperme étrangers
/ PMA-GPA

PMA : plus de 500 Japonaises ont eu recours à des donneurs de sperme étrangers

Depuis mars 2019, plus de 500 Japonaises ont eu recours à la banque de sperme Cryos International basée au Danemark ...
Euthanasie : un nouveau "non" de la Cour constitutionnelle portugaise
/ Fin de vie

Euthanasie : un nouveau “non” de la Cour constitutionnelle portugaise

La Cour invoque une « intolérable imprécision » dans la rédaction de la proposition de loi visant à dépénaliser l'euthanasie au Portugal ...
07_pma_cryoconservation
/ PMA-GPA

PMA post-mortem : vers un délai de 5 ans en Belgique

Le Conseil des ministres belge a approuvé un avant-projet de loi visant à prolonger le délai légal d’utilisation des gamètes ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres