Canada : un établissement pour personnes en fin de vie refuse de proposer l’aide médicale à mourir. Il perd son financement public

Publié le : 27 février 2020

Au Canada, en Colombie britannique, la Delta Hospice Society qui gère le Home Irene Thomas, un établissement qui accueille des personnes en fin de vie, va perdre 1,5 million de dollars de financement d’Etat, soit « l’équivalent de 94% de son budget de fonctionnement pour ses 10 lits », car il refuse de proposer l’aide médicale à mourir à ses pensionnaires (cf. Canada : Une maison de repos pour personnes en fin de vie sanctionnée faute de ne pas proposer l’euthanasie). Une décision annoncée par le ministre de la Santé Adrian Dix qui sera mise en œuvre dans un an, le délai requis pour mettre un terme à l’accord existant. Depuis le vote de la loi autorisant l’aide médicale à mourir en 2016, la province requiert des établissements recevant plus de 50% de fonds publics qu’ils proposent l’accès à l’aide médicale à mourir.

 

 

Pour aller plus loin :

Projet de loi en Ottawa : plus besoin d’être en fin de vie pour obtenir le suicide assisté

Euthanasie au Québec : une consultation avant de l’élargir aux personnes atteintes de maladie mentale ?

Le Président de la Mutualité française réclame l’euthanasie : « on en est déjà au stade où l’on pense à placer des produits sur le marché »

Soins palliatifs : le cri d’alarme

 

<p>CBC, Karin Larsen (25/02/2020)</p> <p> </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres