Canada : le tabou de l’avortement

Publié le 30 Jan, 2008

Les médias canadiens sont largement revenus sur le 20ème anniversaire de l’arrêt Morgentaler dépénalisant l’avortement.

Dans La Presse, Marie-Claude Lortie signe un papier titré "L’ange et la cicatrice" dans lequel elle revient sur la décision de la Cour suprême : "Forcer une femme, sous la menace d’une sanction criminelle, à mener le fœtus à terme, à moins qu’elle ne remplisse certains critères indépendants de ses propres priorités et aspirations, est une ingérence profonde à l’égard de son corps et donc une atteinte à la sécurité de sa personne". A l’époque, "le message était clair, rassurant et libérateur", écrit-elle. Et puis, cette décision a définitivement clos tout débat sur l’avortement jusqu’à devenir un sujet tabou, "une boîte de Pandore que personne ne veut rouvrir". Mais, c’est justement là que le bât blesse parce que, "des questions à poser, il y en a".

Marie-Claude Lortie suggère ainsi d’écrire une Lettre aux grands-mères des enfants jamais nés dans laquelle, sans remettre en cause la reconnaissance du "libre choix", on parlerait "de tristesse, de vide, de contradictions et des cicatrices sur l’âme et de tous les déchirements liés à la triste réalité de l’avortement, dont n’ont jamais pu nous parler suffisamment celles qui n’avaient d’autre choix que de s’enfermer dans un blindé idéologique pour d’abord faire la guerre et ensuite protéger des acquis constamment menacés".

"Et dans cette lettre on parlerait, évidemment, de la fausse idée de liberté que l’on a associé au droit d’avorter. Oui, fausse", ajoute-t-elle. Elle appelle enfin à un dialogue vrai sur le sujet, sans idéologie : "Lorsque je vois les taux d’avortements désolément élevés chez les jeunes femmes de 20 à 30 ans, je me dis qu’il est grand temps que nous, leurs grandes sœurs et leurs mères, on arrête d’avoir peur de perdre nos droits pour discuter sérieusement avec elles de la façon dont on en a pris la responsabilité".

Dans Le Devoir, Marie-Andrée Chouinard appelle elle aussi de ses vœux à rouvrir le débat sur l’avortement. Elle dénonce le fait qu’il soit impossible, d’un côté de militer pour une meilleure accessibilité à l’avortement "sans irriter le camp pro-vie" et, de l’autre, de s’interroger sur les taux d’avortement "sans provoquer l’ire des groupes pro-choix". "On devrait pourtant manifester sans gêne une solidarité aux luttes du passé, pouvoir s’inquiéter aussi des menaces qui planent encore sur cette liberté octroyée aux femmes en 1988 (…), tout en revendiquant un débat sincère sur le terreau moral, éthique et social qui soutient l’avortement."

Cyberpresse.ca (Marie-Claude Lortie) 27/01/08

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Euthanasie : en Espagne, un projet de réforme pour inclure les maladies mentales
/ Fin de vie

Euthanasie : en Espagne, un projet de réforme pour inclure les maladies mentales

Le ministère de la santé espagnol, avec l’aide des communautés autonomes, a travaillé sur une réforme du « Manuel de ...
cellules_souches_2_-_freeimages

Cellules souches : une nouvelle technique pour réparer les lésions corporelles internes

Des scientifiques ont utilisé des protéines conçues par ordinateur pour « diriger » des cellules souches humaines et former de ...
istock-89954120
/ PMA-GPA

La GPA, un droit de l’homme ?

Un nouveau document d'orientation du FNUAP suggère que la GPA devrait être considérée comme un élément de la « planification familiale ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres