Canada : euthanasié pour “perte auditive”

Publié le 19 Oct, 2022

En 2019, Alan Nichols, hospitalisé après une menace de suicide, est euthanasié à l’hôpital général de Chilliwack au Canada. Agé de 61 ans, il souffrait d’une perte auditive et de problèmes de mobilité, survenus suite à des complications chirurgicales pendant son enfance.

Malgré l’aide de ses frères, Gary et Wayne, il se sentait de plus en plus isolé. Or, parmi les 31.664 personnes décédées au Canada suite à une “aide médicale à mourir” (AMM), 17% ont cité « l’isolement ou la solitude » comme motif pour mettre fin à leurs jours.

L’AMM pour « perte auditive »

Dépressif et souffrant de malnutrition, il est hospitalisé. Cependant, alors que Gary, son frère, « fait confiance à l’hôpital pour s’occuper d’Alan », ce dernier demande l'”aide médicale à mourir” pour « perte auditive ». Il refuse de voir ses frères.

N’ayant été informé que peu de jours avant l’intervention pour des raisons de « confidentialité », son frère Gary tente de l’en dissuader en lui promettant plus de soutien. Mais, pour Alan, « il était déjà trop tard pour modifier sa décision ». Il est euthanasié un mois après son hospitalisation sans avoir été pris en charge.

Gary « se sent complètement trahi par l’hôpital, le gouvernement canadien, tout le système qui a défait tout le travail acharné de sa famille pour garder Alan en vie ».

AMM : toujours plus loin ?

En 2021, le taux de suicide assisté a atteint 3,3% du total des décès au Canada, soit un tiers de plus que l’année précédente. La loi sur l'”aide médicale à mourir” a été adoptée en 2016. Elle exige que l’état du patient soit « grave et irrémédiable » et que la mort soit « raisonnablement prévisible » pour qu’il soit admissible à l’euthanasie. C’est en mars 2021 que les adultes atteints de « maladies incurables », mais sans décès prévisible, ont été rendus éligibles. Désormais, le « Comité mixte spécial sur l’AMM » envisage d’autoriser le suicide assisté aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale. Cette modification pourrait entrer en vigueur en 2023.

 

Source : Unherd, Flo Lire (18/10/2022) – Photo : Pixabay

Partager cet article

Synthèses de presse

IVG : les conclusions d’une étude sur la télémédecine remises en cause
/ IVG-IMG

IVG : les conclusions d’une étude sur la télémédecine remises en cause

Les conclusions d'une étude selon laquelle la télémédecine pour prescrire des pilules abortives est « efficace » sont remises en ...
23_pilule_abortive
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement adopte une loi libéralisant l’accès à la « pilule du lendemain »

La chambre basse du Parlement polonais a adopté une loi autorisant l’accès à la « pilule du lendemain » dès ...
Canada : des soins palliatifs pédiatriques à améliorer au lieu de proposer l’« aide médicale à mourir »
/ Fin de vie

Canada : des soins palliatifs pédiatriques à améliorer au lieu de proposer l’« aide médicale à mourir »

« Trop d'enfants canadiens qui ont besoin de soins palliatifs n'en bénéficient pas, ou n'en bénéficient que dans les dernières semaines ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres