Avortement : l’objection de conscience niée des médecins italiens

Publié le 5 Août, 2014

Le Comité des droits sociaux du Conseil de l’Europe vient de condamner l’Italie, faisant droit à la demande de la Fédération internationale du Planning familial en approuvant sa plainte contre l’Italie dénonçant le « trop grand nombre de médecins objecteurs de conscience qui refusent de pratiquer des avortements ». En moyenne, dans ce pays, « 70 % des médecins sont objecteurs ».

Lorsqu’en 1978, l’Italie adoptait la loi autorisant le droit à l’avortement, à l’instar du régime juridique français,  il était prévu un droit à l’objection de conscience pour les médecins et personnels médicaux soumis à une IVG. Ce droit est aujourd’hui remis en cause par cette condamnation du Conseil de l’Europe.

Le Conseil de l’Europe considère le droit à l’objection de conscience comme une menace pour l’avortement.  « C’est par 13 voix contre 1 que le Comité des droits sociaux du COE a approuvé la plainte et s’engage désormais à vérifier que l’Italie prendra les « mesures nécessaires » pour appliquer pleinement la loi 194 légalisant l’avortement dans ce pays. »

Mgr Ignacio Barreiro, directeur du bureau de Rome de Human Life International, a souligné que sans avoir de pouvoir de contrainte sur le gouvernement italien, le comité du Conseil de l’Europe contribue à augmenter la pression et à militer pour le « droit » à l’avortement.

Selon l’agence nationale des statistiques, l’Istat, le nombre des avortements en Italie diminue depuis les années 1980 : en 1982 étaient pratiqués 16,7 avortements pour 1000 femmes de 15 à 49 ans, en 2009, il y en aurait 8 pour 1000 femmes de 15 à 49 ans. 

Source : TV5MONDE, S. Ide et L. Charrier (04/08/2014)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres