Anémie de Fanconi : un espoir avec les cellules iPS

Publié le 2 Juin, 2009

L’équipe du Pr Belmonte (Barcelone), en collaboration avec le Pr Inder Velma (Etats-Unis), a travaillé sur l’anémie de Fanconi et les cellules iPS.

Raya, Belmonte et coll. ont prélevé des cellules cutanées sur des patients atteints d’anémie de Fanconi. Ces cellules ont été génétiquement corrigées, puis reprogrammées en cellules souches progénitrices induites pluripotentes (iPS). Ces iPS ont ensuite pu se différencier en cellules souches hématopoïétique indemnes de l’anomalie génétique responsable de l’anémie.

Alors que plusieurs travaux ont démontré l’efficacité de cette approche chez la souris, cette étude apporte la première preuve du succès de ce procédé sur des cellules humaines.

"Nous n’avons pas guéri un patient, mais nous avons guéri une cellule", précise le Pr Belmonte. Il reste encore des étapes à franchir avant d’envisager une application clinique.

Le Quotidien du Médecin (Dr Véronique Nguyen) 02/06/09

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres