« Aide médicale à mourir » : Le Canada refuse de protéger la liberté de conscience

Publié le 6 Oct, 2022

Au Canada, la Chambre des communes a rejeté hier une proposition de loi destinée à protéger la liberté de conscience des professionnels de la santé confrontés à des demandes d’« aide médicale à mourir ». Seuls 115 députés ont voté en faveur du texte contre 203.

La proposition de loi visait à modifier le Code criminel afin de permettre aux professionnels de santé de ne pas avoir à participer « directement ou indirectement » à des euthanasies. En effet, si elle avait été votée, le fait d’intimider ou de licencier un professionnel de santé qui refuse d’effectuer cet acte ou d’adresser un patient à un confrère non objecteur, serait devenu illégal.

Aider à mourir ou à vivre ?

Ce vote intervient alors que les demandes d’euthanasies se multiplient dans le pays (cf. Canada : explosion du recours à l’« aide médicale à mourir » en 2021). Sathya Dhara Kovac, une femme de 44 ans atteinte de la maladie de Charcot, est décédée cette semaine dans le cadre du « programme d’aide médicale à mourir du Manitoba ». « En fin de compte, ce n’est pas une maladie génétique qui m’a emportée, c’est un système », écrit-elle dans une nécrologie adressée à ses proches. Déplorant le manque de soutien à domicile, elle regrette : « J’aurais pu avoir plus de temps si j’avais eu plus d’aide ».

De son côté, Jacques Comeau, un retraité tétraplégique de 66 ans, vient de demander de recourir à l’« aide médicale à mourir ». Pourtant, il ne pensait pas à mourir il y a un mois. Mais depuis des changements intervenus au sein de son centre local de services de santé (CLSC), ses soins ne sont plus effectués correctement, lui causant inconfort et douleur. Et le centre reste sourd à ses demandes. Une situation que l’on voit « partout au Québec », affirme Adèle Liliane Ngo Mben Nkoth, membre d’une association représentant les personnes avec un handicap moteur. Ces situations pourraient être évitées, assure-t-elle, et « la mort ne devrait pas être la seule option » (cf. Canada : « L’accès à des médecins spécialistes prend des mois quand l’accès à l’’aide médicale à mourir’ peut prendre quelques jours »).

 

Sources : La Presse, Stéphanie Taylor (06/10/2022) ; CBC, Bryce Hoye (04/10/2022) ; CTV (01/10/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

15_cellules_souhces_adn_genetique

Des cellules souches mâles et femelles fabriquées à partir du même individu

Une « preuve de concept » que les chercheurs israéliens estiment pouvoir décliner pour toutes les cellules humaines ...
PMA : du sperme utilisé sans consentement
/ PMA-GPA

PMA : du sperme utilisé sans consentement

Deux enfants se sont aperçus que leurs pères biologiques n’avaient pas donné leur accord pour l’utilisation de leurs gamètes ...
Royaume-Uni : augmentation du nombre de mères porteuses
/ PMA-GPA

Royaume-Uni : augmentation du nombre de mères porteuses

Entre 2020 et 2021, le nombre de femmes s’étant portées candidates pour devenir mères porteuses au Royaume-Uni a été multiplié ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres