« Aide active à mourir » : de la « solution technique » à la « norme sociale » ?

Publié le 27 Sep, 2022

« On vit et on meurt, seul parfois, mais l’on meurt toujours en société », affirme Patrick Chastenet, professeur de sciences politiques à l’Université de Bordeaux. « C’est la raison pour laquelle la question d’une législation sur “l’aide active à mourir” est une question politique, donc sociale autant qu’une question éthique et médicale », souligne-t-il dans une tribune pour le journal La Croix.

Cette revendication « participe également d’une logique souvent ignorée mais pourtant agissante, estime le professeur, celle des sociétés techniciennes voulant qu’au nom de la recherche de l’efficacité, chaque problème, y compris la mort, reçoive une solution technique ». Ainsi, « conformément à la loi de Dennis Gabor, tout ce qui est techniquement réalisable sera fait. Tout ce qu’il est possible de faire doit être fait ».

Mais « cette façon de mourir ne deviendra-t-elle pas sinon une obligation légale, au moins une norme sociale ? », interroge Patrick Chastenet. Car « est-il bien raisonnable de vouloir souffrir et de causer dommage à la société en mobilisant inutilement des personnels hospitaliers et des médicaments coûteux, sans compter la perception d’une retraite ? » (cf. « Parler d’”aide” pour le suicide ou l’euthanasie est un dévoiement de la solidarité »)

 

Source : La Croix, Patrick Chastenet (26/09/2022)

Partager cet article

Synthèses de presse

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement

Le 12 avril, les députés polonais ont voté contre les motions appelant à rejeter quatre propositions de loi visant à ...
Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence
/ Genre

Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence

Le 10 avril, la pédiatre anglaise Hilary Cass a publié un rapport sur les services de prise en charge des ...
Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable
/ IVG-IMG

Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable

Selon la Cour suprême de l’Arizona, la loi datant de 1864 et interdisant la quasi-totalité des avortements est applicable ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres