Agnès Buzyn dévoile 26 mesures concernant « la stratégie nationale de santé sexuelle »

Publié le : 11 avril 2018

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a dévoilé le 9 avril, à l’occasion d’un déplacement au Planning Familial de Lille les 26 mesures de la feuille de route 2018-2020 concernant la stratégie nationale de santé sexuelle.

 

Ces actions visent à élargir l’information et la formation, la promotion de l’éducation sexuelle par le biais d’ « outils sur les questions de santé sexuelle pour les personnels qui interviennent auprès des enfants et des jeunes en dehors du cursus scolaire ou universitaire ».

 

La ministre veut aussi « améliorer l’offre générale » en mettant notamment en œuvre des « protocoles de coopération entre professionnels dans les centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (Cegidd) et dans les centres de planification et d’éducation familiale ». Mais aussi en  « garantissant une offre d’interruption volontaire de grossesse (IVG) notamment instrumentale et sous anesthésie locale dans les établissements et centres de santé autorisés à les pratiquer ». Des mesures qui s’accompagnent d’un renforcement de « la confidentialité par la suppression de toute référence dans les relevés de l’assurance maladie, et l’inscription de l’IVG sur la liste des actes pour lesquels l’ayant droit, majeur ou mineur, bénéficie du secret des dépenses ».

 

Parmi les autres points évoqués, « la transformation de la consultation longue ‘IST/contraception’ en une consultation longue plus globale dédiées à la ‘santé sexuelle’ au bénéfice des jeunes filles et garçons ». La Haute Autorité de santé « sera saisie en vue de produire un référentiel concernant la santé sexuelle à destination des médecins de premier recours ». Des services universitaires de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS) verront l’élargissement de leurs missions notamment à la prescription de moyens de contraception.

 

La question de la vie relationnelle et sexuelle sera intégrée dans « les consultations des patients atteints de maladies chroniques et dans les programmes d’éducation thérapeutique du patient ». Des mesures plus spécifiques via la thématique « vie privée, affective et sexuelle » sont envisagées pour les personnes handicapées ou les personnes âgées accueillies dans un établissement ou service médico-social.

 

La Ministre propose d’accompagner et de développer « des projets innovants » comme le Pass préservatif pour les moins de 25 ans pour « donner accès à titre gratuit à une offre de préservatifs dans le cadre d’un programme d’information et de prévention ». Par ailleurs, « le site de la Boussole qui permet aux jeunes de connaître leurs droits sociaux va être élargi aux questions de santé et de santé sexuelle ».

<p>Hospimédia, Pia Hémery (09/04/2018) ; Le quotidien du médecin, Damien Coulomb (10/04/2018) ; CP Ministère des Solidarités et de la Santé (09/04/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres