Afrique du Sud: un contraceptif injecté à des mineures dans une école

Publié le : 21 septembre 2011

Dans une école primaire de Port Elizabeth en Afrique du Sud, des élèves âgées de 10 à 13 ans ont reçu une injection de produit contraceptif lors d’ateliers de planning familial, ce qui a provoqué la colère de leurs parents qui n’avaient pas été prévenus et n’avaient pas donné leur accord.

Début septembre 2011, l’unité de planification familiale de l’hôpital Dora Nginza s’est rendue dans l’école Emzomncane Primary à Zwide pour y animer des ateliers de planning familial auprès des élèves. Une élève de 6e a rapporté ce qui a été dit aux filles concernant l’injection : "au cas où nous sommes violées, pour que nous n’ayons pas de bébés".

En colère, les parents ont expliqué qu’ils avaient reçu une lettre de l’école les informant de l’intention de l’unité de planning familial de venir parler aux élèves des menstruations et de la contraception. Toutefois, a précisé l’un d’eux, "nulle part il n’était dit que cela allait se passer aujourd’hui et qu’une injection contraceptive leur serait faite".

Le mouvement de planification familiale a été critiqué par des médecins qui ont pointé les effets potentiellement dommageables pour les jeunes filles, surtout celles qui n’ont pas encore leurs règles. "C’est totalement contraire à l’éthique. Nous ne pratiquons pas la médecine comme ça", a dénoncé le gynécologue Markus van Heerden. Ces injections pourraient retarder la puberté et perturber les cycles menstruels.

Peherald.com (Zandile Mbabela) 12/09/11

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres