Adoption : Opposée au changement de genre, on lui refuse l’agrément

Publié le 6 Avr, 2023

Une femme de l’Oregon s’est vu refuser sa demande d’adoption, en raison de son opposition au changement de genre chez des mineurs. Suite à ce rejet, elle a déposé plainte, le 3 avril, contre les dirigeants du département des services sociaux de l’Etat devant un tribunal fédéral. Elle s’indigne de la violation de ses droits à la liberté d’expression et au libre exercice de sa religion.

Veuve depuis janvier 2017 et mère de quatre enfants âgés de 10 et 17 ans, Madame Bates souhaite adopter un enfant. Après avoir entamé les démarches en mars 2022, elle a suivi une formation Resource and Adoptive Family (RAFT). Au cours de celle-ci les instructeurs et les documents distribués indiquaient que les futurs parents devaient adopter un comportement favorable aux choix de l’enfant quant à son identité de genre en affichant entre autres « des symboles indiquant un environnement favorable aux LGBTQ ». Des directives dont s’était inquiétée Madame Bates y étant opposée en raison de ses convictions religieuses.

Alors que sa situation de mère célibataire ne semblait pas inquiéter l’Etat, elle reçoit, en septembre, un appel l’informant qu’en raison de sa position sur les questions de genre, elle ne pouvait pas adopter. Une lettre de refus officielle lui a été envoyée en novembre « faisant état de ses objections religieuses ». Une opinion non « conforme à la formation RAFT et aux règlementations de l’Etat ».

En effet, la règlementation de l’Oregon prévoit que « les futurs parents adoptifs ou d’accueil doivent “respecter, accepter et soutenir” l’enfant (…) notamment quant à son orientation sexuelle, son identité de genre et son expression de genre ». Une norme qui « semble exclure (…) les personnes appartenant à diverses communautés religieuses de la possibilité d’être des parents adoptifs ou des parents d’accueil », pointe Me Widmalm-Delphonse, avocat d’ADF.

 

Source : National Review, Ryan Mills (03/04/2023) – Photo : Pixabay

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres