A Rome, l’hôpital Bambino Gesu propose d’accueillir Charlie Gard

Publié le : 4 juillet 2017

Les réactions affluent autour de Charlie Gard, bébé de 10 mois né affecté d’une maladie mitochondriale rare endommageant son cerveau, après que la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) ait validé le jugement des Cours britanniques (cf. Charlie Gard : la CEDH autorise l’arrêt des soins). La CEDH a en effet estimé légitime, contre l’avis des  parents, de ne pas donner la possibilité de transférer l’enfant aux Etats-Unis pour un traitement expérimental (cf. Charlie Gard : la limite du droit des parents au respect de la vie de leur enfant). A ce jour, Charlie Gard dépend d’une assistance respiratoire, « mais il ne reçoit pas d’autres soins ». Il est hydraté et alimenté par une sonde. Pour le cardinal Sgreccia (cf. Charlie Gard : les 10 points clés de l’affaire décryptés), l’arrêt de l’assistance respiratoire, de l’hydratation et de l’alimentation demandé par la CEDH s’apparente à une euthanasie.

 

Le directeur de la salle de presse du Vatican, Greg Burke, a déclaré que le Saint-Père « suivait avec affection et émotion l’affaire du petit Charlie Gard et il exprime sa proximité à ses parents », et qu’il priait « pour eux souhaitant que l’on ne néglige pas leur désir d’accompagner et de soigner leur enfant jusqu’au bout ».

 

La présidente de l’hôpital pour enfants Bambino Gesù (Enfant Jésus) qui dépend du Vatican, Mariella Enoc, a déclaré : « Nous sommes disponibles pour accueillir leur enfant chez nous, pour le temps qu’il lui reste à vivre ».

<p>Zenit, Anita Bourdin (03/07/2017)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres