42 millions d’avortements dans le monde l’année dernière

Publié le : 15 janvier 2019

En 2018, 41,9 millions d’avortements ont été pratiqués dans le monde, « soit davantage que le nombre de morts liés aux dix principales causes de décès à l’échelle globale », a publié le site de statistiques Worldometers[1], qui précise que les chiffres  ne prenaient pas en compte les fausses couches. L’OMS avait même publié en 2014 le chiffre de 56 millions. « Selon les estimations de l’OMS, il y a chaque année dans le monde 40 à 50 millions d’avortements. Cela correspond approximativement à 125 000 avortements par jour ». Snopes, un site américain réputé pour sa traque aux fake news, confirme : « Si l’estimation de l’OMS de 56 millions d’avortements par an est restée stable jusqu’en 2016, lorsqu’elle a publié son étude sur le top 10 des principales causes de mort à l’échelle globale[2], il serait vrai que le nombre d’avortements dans le monde a surpassé le nombre de décès totaux liés aux maladies cardiaques et aux attaques cérébrales, les deux premières causes de décès cette année-là » (15,2 millions de personnes). Mais le site tempère ensuite en jouant sur le sens du mot ‘mort’ : « dire que l’avortement est la ‘principale cause de mort’ dans le monde est une affirmation problématique, parce que cette position revêt un aspect politique, en contradiction avec le monde scientifique et médical », puisque « les champs légal, philosophique, religieux et scientifique ne donnent pas de réponses définitives quant au moment du début de l’identité individuelle ». Voilà pourquoi les 42 millions d’IVG n’apparaissent pas parmi les causes de mortalité mondiale. Depuis le 1er janvier 2019, plus d’1,5 millions d’avortements ont déjà été enregistrés par Worldometers.

 

En Espagne, les statistiques de l’avortement viennent d’être publiées pour l’année 2017, enregistrant une hausse du nombre d’IVG, pour la première fois depuis cinq années de baisse consécutive.

  • 94 123 avortements en 2017(contre 93 131 en 2016) : soit une augmentation de 1%,
  • 10,51 avortements pour mille femmes,
  • Les femmes de 20-24 ans sont les plus touchées : 17,42 avortements pour mille femmes (16,72 ‰ en 2016),
  • Légère baisse chez les moins de 20 ans : 8,97 ‰ en 2016 contre 8,84 ‰ en 2017,
  • Les deux régions les plus touchées sont les Baléares (13,94 ‰) et Madrid (13,07 ‰)
  • Motifs principaux : convenance de la femme (dans 89,75 % des cas), risque grave pour la vie ou la santé de la femme (6,38 %), risque d’anomalies graves du fœtus (3,61%), fœtus non viable (0,30 %),
  • 70,22% des IVG réalisées avant 8 semaines. 23,83% entre 9 et 14 semaines,
  • 24,41% des femmes interrogées avaient déjà eu recours une fois à l’IVG. 8,22% deux fois, et  2,77% trois fois ou plus.

 

En France, la treizième édition de la Marche pour la Vie se déroulera à Paris le 20 janvier 2019. Elle veut être « un appel aux Français » afin de « défendre l’objection de conscience des médecins et susciter une prise de conscience générale sur la question de l’avortement ». Le pape François a adressé ses encouragements aux organisateurs, il « salue cordialement les participants à la Marche pour la Vie », peut-on lire dans son message. « Animé de la conviction ‘que tout le mal qui se fait dans le monde se résume en cela : le mépris de la vie’ (Audience générale, 10 octobre 2018), le pontife encourage à témoigner sans cesse des valeurs inaliénables de la dignité humaine et de la vie ».

 

Pour aller plus loin :

Jean-Marie Le Méné : l’homme est « la variable d’ajustement d’une civilisation qui n’a plus de nom »

Survivante de l’avortement, Melissa Ohden, estime être « une des plus chanceuses du monde »

IVG : les risques médicaux encourus par les femmes

 


[1] « Le site de référence Worldometers analyse et compile en temps réel et à l’aide d’algorithmes des milliers de données sur des sujets très variés et issues entre autres de grandes institutions, comme les Nations unies, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou le Fonds monétaire international (FMI). Cité régulièrement par la presse ou des universitaires, il a été salué par l’American Library Association, l’association de bibliothèques la plus grande au monde. »

[2] The top 10 causes of deaths.

<p>Observatorio de Bioetica (14/01/2018)</p> <p>Valeurs Actuelles, <span class="author">Amaury Brelet (14/01/2018)</span></p> <p><span class="author">Euro Weekly, Sally Underwood (22/01/2019) - <a href="https://www.euroweeklynews.com/2019/01/22/figures-rise-spain-now-has-the-third-highest-number-of-abortions-in-europe/?utm_source=ADF+International+Alliance+Alert+Subscribers&utm_campaign=a64ed12f84-EMAIL_CAMPAIGN_2018_09_30_09_41_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_d877f2b466-a64ed12f84-92540261&mc_cid=a64ed12f84&mc_eid=826034dbd9#.XEmo9PZFxYc">FIGURE RISE : Spain now has the third highest number of abortions in Europe</a></span></p> <p><span class="author">Vatican News, Isabella Piro (14/01/2018)</span></p> <p><span class="author">Zenit, Hélène Ginabat (14/01/2018)</span></p> <p><span class="author">Photo : Pixabay/DR</span></p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres