10% des greffes mondiales sont issues du commerce d’organes

Publié le 7 Mar, 2018

Selon un rapport[1] de l’OMS, au moins 10 % des greffes d’organes réalisées dans le monde proviendraient d’une forme ou d’une autre de commercialisation, notamment via le tourisme de transplantation.

 

Dans des pays comme l’Égypte (cf. L’Egypte démantèle un nouveau réseau spécialisé dans le trafic d’organes, Le plus vaste réseau international de trafic d’organes humains arrêté en Egypte, le Pakistan (cf.  Démantèlement d’un trafic d’organes au Pakistan et  Vendre ses organes, ultime solution pour des réfugiés syriens en Turquie) , l’Inde, l’Iran, l’Irak, les Philippines ou certains pays d’Amérique latine et d’Europe de l’Est, la législation n’interdit pas toujours le commerce d’organes, et même dans les pays où l’interdiction est clairement définie comme aux Etats-Unis, la forte pénurie de donneurs implique un marché noir très prospère. De plus, les pratiques médicales laissent généralement à désirer.

 

L’UN.GIFT définit trois catégories de trafic d’organes :

1/ Quand les trafiquants forcent les personnes à abandonner leurs organes ou leur mentent.

2/ Quand les personnes vendent leurs organes mais qu’elles ne sont pas payées, ou moins que convenu (c’est la majorité des cas).

3/ Quand des organes sont prélevés à l’insu de leurs propriétaires, des personnes généralement vulnérables, pauvres ou sans abri, hospitalisées pour une autre raison (réelle ou non).

 

On pourrait ajouter une dernière source d’organes  pour ces trafics : « le foetus avorté et l’utilisation de nouveau-nés anencéphaliques comme donneurs d’organes ».

 

Le processus complet du trafic d’organes implique tellement de personnes (recruteurs, donneurs, courtiers, chirurgiens…) qu’il est difficile d’en mesurer précisément l’ampleur : « Les membres de ce processus sont rarement tous identifiables, il est donc impossible de savoir à quel point le commerce peut être important ».

 

[1] http://www.who.int/bulletin/volumes/85/12/06-039370/en/

 

Bioethics Observatory (06/03/2018)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

istock-513987873
/ Fin de vie

Trisomie 21 et Covid : six fois plus de probabilité de ne pas être réanimé

Une étude indique qu’une personne porteuse de trisomie 21 et atteinte de Covid lors de l’épidémie avait six fois plus ...
Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres