Vous voulez un garçon ou une fille ?

Publié le 23 Oct, 2009

Plus de 65 cliniques de procréation assistée dans le monde proposent aujourd’hui aux parents de choisir le sexe de leur enfant.

Les Etats-Unis ont été les premiers à appliquer à l’homme une technique jusque là réservée à l’animal : en 1998, un groupe de chercheurs de la firme américaine Genetics and IVF Institute de Fairfax affirme dans la revue Human Reproduction avoir réussi à trier les spermatozoïdes au rayon laser. Sur les 119 femmes inséminées qui souhaitaient un bébé féminin, 29 furent enceintes et 28 accouchèrent d’une fille. Aujourd’hui, la publicité pour ces cliniques s’étale sans complexe dans les journaux américains. La prestation coûte 5 000 $. Certaines affirment même être désormais capables de proposer aux parents de choisir la couleur des yeux de leur progéniture.

En Belgique, le Dr Franck Comhaire, de l’hôpital de Gand, propose ce "service" depuis 2002 : "J’ai réalisé le drame vécu par certains parents incapables d’avoir un bébé du sexe qu’ils voulaient. Je me suis parfois retenu de ne pas pleurer avec eux. J’ai voulu les aider", affirme-t-il. L’opération coûte 3 600€.

Au Royaume-Uni, les centres de Birmingham, Londres et Glasgow proposent le sexing par typage du sperme : on sélectionne les spermatozoïdes porteurs du chromosome X pour les personnes qui veulent une fille, du chromosome Y pour ceux qui veulent un garçon. Le coût est de 3 600$ pour 4 inséminations ou 5 100$ pour 8.

Enfin, en Grèce et à Chypre, plusieurs cliniques se livrent à cette opération de "family balancing".

Le Parisien (Hélène Bry) 23/10/09

Partager cet article

Synthèses de presse

IVG : les conclusions d’une étude sur la télémédecine remises en cause
/ IVG-IMG

IVG : les conclusions d’une étude sur la télémédecine remises en cause

Les conclusions d'une étude selon laquelle la télémédecine pour prescrire des pilules abortives est « efficace » sont remises en ...
23_pilule_abortive
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement adopte une loi libéralisant l’accès à la « pilule du lendemain »

La chambre basse du Parlement polonais a adopté une loi autorisant l’accès à la « pilule du lendemain » dès ...
Canada : des soins palliatifs pédiatriques à améliorer au lieu de proposer l’« aide médicale à mourir »
/ Fin de vie

Canada : des soins palliatifs pédiatriques à améliorer au lieu de proposer l’« aide médicale à mourir »

« Trop d'enfants canadiens qui ont besoin de soins palliatifs n'en bénéficient pas, ou n'en bénéficient que dans les dernières semaines ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres