Vincent Lambert et Proposition de loi fin de vie : Les familles des traumatisés et cérébrolésés interpellent les députés

Publié le 20 Sep, 2015

Eric Guillermou, président de l’Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens et de cérébro-lésés a adressé aujourd’hui une lettre ouverte à Jean Leonetti, « en prévision de l’examen en seconde lecture les 5 et 6 octobre prochains du projet de loi créant de nouveaux droits pour les malades et les personnes en fin de vie ». Ce courrier « confère une nouvelle dimension, politique et de santé publique, à une affaire individuelle, née d’une faut médicale et de déchirements familiaux : l’’affaire Vincent Lambert’».

L’UNAFTC n’a jusque là « guère été écoutée des médias ». La réalité quotidienne des personnes en état de « conscience minimale/pauci relationnel/végétatif chronique » est en effet « méconnue et difficile à expliquer tant elle est complexe ».

 

Le président de l’UNAFTC a souhaité s’exprimer sur la proposition de loi Claeys Leonetti qu’il qualifie « de nature à rassurer la plupart d’entre nous », et de « réflexion empreinte de beaucoup de sagesse », cependant « elle garde une faille que l’affaire Lambert illustre parfaitement » : la procédure collégiale « défaillante ». La loi actuelle « médicalise de façon excessive le processus de décision », regrette-t-il, et ne « met pas à l’abri d’attitudes médicales se contentant d‘une consultation collégiale purement formelle puis imposant la décision ».

 

La demande de l’UNAFTC concernant la proposition de loi Claeys Leonetti est donc de « renforcer la collégialité du processus de décision », dont elle distingue deux étapes :

– l’« élaboration collégiale d’un avis qui réponde à la question : ‘la situation relève t elle d’une obstination déraisonnable ?’ » réunissant soignants et proches,

– la « décision médicale d’arrêt des traitements » de la responsabilité du médecin, « sur la base de l’avis collégial ».

 

Le processus « de décision qui conduira à la fin de vie est désormais une question d’obstination, de politique, de démocratie », conclu le journaliste et médecin Jean Yves Nau.

 

Jean Yves Nau (21/09/2015)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres