[Tribune] Jean-Marie Le Méné : “Il y a d’autres procédés pour soigner que d’emprunter des moyens indignes”

Publié le 20 Fév, 2015

Ce vendredi 20 février, Jean-Marie Le Méné signe une tribune sur la fabrication de “bébé à trois parents”, ­bientôt autorisée en Grande-Bretagne (cf. Synthèse de Presse Génèthique du 3 février 2015) . Il s’agit d’une « fécondation in vitro avec remplacement mitochondrial », ou en d’autres termes, une fécondation artificielle utilisant les gamètes de trois “parents” (Cf. Gènéthique vous informe du 3 février 2015).

 

Pour Jean-Marie Le Méné, la technique n’est pas innovante car « l’apport des cellules reproductrices masculine et ­féminine pour constituer un être humain n’est pas remis en cause ». Le changement réside dans le fait l’ADN féminin est dédoublé, recomposé à partir de deux ovules provenant de deux femmes différentes.

 

La fabrication d’un embryon à trois génomes serait le moyen d’éviter la transmission, par la mère, de ­maladies génétiques. Mais la fin justifie-t-elle les moyens ? « On reconnaît la complainte humanitariste qui permet de tout autoriser, y compris la fabrication de l’humain, selon des critères arbitraires. Redisons-le: si l’on cède à la morale conséquentialiste[i], la fin justifie les moyens. En réalité, il y a d’autres procédés pour soigner que d’emprunter des moyens indignes ».

 

Jean-Marie Le Méné dénonce ensuite le technicisme de cette fabrication : «  La technique est cumulative, mais la sagesse ne l’est pas, disait Jérôme Lejeune [découvreur de l’anomalie chromosomique responsable de la trisomie 21]. Nous sommes face à une quintuple transgression morale : la sélection des gamètes (comme dans l’élevage), la fécondation in vitro (avec un tiers donneur), la manipulation de l’embryon (avec bricolage génétique), l’intervention sur la lignée germinale (avec transmission à la descendance), le tri d’embryons (avec diagnostic préimplantatoire et/ou diagnostic prénatal). À l’eugénisme s’ajoute l’expérimentation sur l’homme. »

 

Ce procédé souligne le fait que les lois bioéthique, véritables « digues de sable incapables de s’opposer durablement aux cauchemars ­démiurgiques », n’apportent en réalité aucune réponse à la fois scientifique, pérenne et éthique.

 

Dans une époque déjà déshumanisée, « le respect ­inconditionnel de l’être humain ne veut plus rien dire. La vie est devenue un matériau à gérer. » (Cf. Synthèse de presse Génèthique du 9 février 2015 et Synthèse de presse Génètique du 11 février 2015).

 

[i] Point de vue moral qui prend les conséquences d’un acte pour seul critère normatif [Jean-Marie Le Méné].

Famille Chrétienne, tribune de Jean-Marie Le Méné – “L’embryon à trois ADN : une quintuple transgression” (20.02.2015)

Partager cet article

Synthèses de presse

La loi de bioéthique mise en application dans le Pacifique

La loi de bioéthique mise en application dans le Pacifique

Une ordonnance publiée au JO le 2 février étend certaines dispositions de la loi de bioéthique aux territoires du Pacifique ...
Transgenre : à Hong-Kong, une opération chirurgicale n'est plus nécessaire pour modifier sa CNI
/ Genre

Transgenre : à Hong-Kong, une opération chirurgicale n’est plus nécessaire pour modifier sa CNI

La Cour suprême de Hong Kong a jugé que les personnes transgenres pouvaient changer de sexe sur leur carte d'identité ...
Des mères porteuses en état de mort cérébrale ?
/ PMA-GPA

Des mères porteuses en état de mort cérébrale ?

Une pratique baptisée le « don gestationnel du corps entier » qui a suscité la polémique sur les réseaux sociaux ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres