ADN mitochondrial : un matériel génétique pas si isolé

Publié le 7 Oct, 2022

L’ADN mitochondrial peut s’insérer dans l’ADN contenu dans le noyau des cellules. Une découverte qui interroge une fois de plus la technique du « don de mitochondrie ».

Des chercheurs de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni ont montré que l’ADN contenu dans nos mitochondries[1] s’insère dans notre génome « très régulièrement »[2]. Un phénomène observé dans une naissance sur 4000. Et « une naissance sur 4000, c’est beaucoup », affirme Patrick Chinnery qui a dirigé cette recherche. Leurs résultats viennent d’être publiés dans la revue Nature.

L’ADN mitochondrial (ADNmt) provient uniquement de la lignée maternelle. Mais en 2018 des chercheurs identifient de l’ADN mitochondrial issu du père. L’équipe de Cambridge décide d’analyser les génomes de plus de 66 000 Britanniques, et constate des insertions d’ADNmt « proches de séquences d’ADN connues pour être souvent recombinées et donc modifiées pendant la formation des gamètes ». Ce qui pourrait indiquer que ces insertions jouent un rôle de « réparation temporaire » au cours de la méiose. Inséré dans l’ADN du noyau du gamète, l’ADNmt peut être hérité du père, et transmis à la descendance.

Un risque de plus que fait courir la FIV à trois parents ?

La FIV à trois parents, aussi appelée don de mitochondrie, est une pratique qui se répand de plus en plus[3]. Mexique, Royaume-Uni, Australie… les expérimentations se multiplient[4]. En France, l’Agence de la biomédecine a été condamnée l’année dernière pour une expérimentation sur le sujet qui ne disait pas son nom[5]. En effet, la loi française en vigueur au moment de l’autorisation délivrée par l’ABM interdisait la création d’embryons transgéniques ou génétiquement modifiés. Le génome mitochondrial faisant partie intégrante du génome de l’embryon, la Cour administrative d’appel de Versailles a jugé cette recherche illégale. Mais, depuis, la loi de bioéthique de 2021 a supprimé l’interdiction de créer des embryons transgéniques.

La technique est pourtant très controversée. « Nous ne disposons pas de suffisamment de données provenant de modèles animaux de grande taille dont l’embryologie, la physiologie, etc. sont similaires à celles des humains », affirme Jus St John, chercheur en génétique mitochondriale à l’Université d’Adélaïde, s’inquiétant des éventuels effets secondaires de cette manipulation génétique.

La découverte des chercheurs de Cambridge invitera-t-elle à plus de prudence ?

 

[1] Les mitochondries sont des structures qui produisent l’énergie des cellules.

[2] Sciences et avenir, Incroyable : dans une naissance sur 4000, de l’ADN mitochondrial s’insère dans notre génome, Camille Gaubert (05/10/2022)

[3] La technique consiste à utiliser le matériel génétique de trois personnes – le sperme du père, un ovocyte de la mère et les mitochondries d’un ovocyte d’une autre femme.

[4] Cf. Gènéthique, FIV à 3 parents : 20 naissances prévues au Mexique (18/12/2016) ; FIV à 3 parents : 26 autorisations délivrées en Grande-Bretagne (06/12/2021) ; L’Australie adopte la « FIV à 3 parents » (31/03/2022)

[5] Gènéthique, FIV à trois parents : l’Agence de Biomédecine condamnée (09/12/2021)

Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

pixabay_-pregnant-1245703_640
/ Tous les autres thèmes

Rupture prématurée du sac amniotique : des réparations spontanées grâce au fœtus

Des scientifiques japonais de l'université de Kyoto se sont penchés sur des cas où le sac endommagé « se répare de ...
L’impact de la grossesse sur le cerveau du père
/ Tous les autres thèmes

L’impact de la grossesse sur le cerveau du père

"L’expérience des soins apportés à un nourrisson peut laisser une trace dans le cerveau des nouveaux parents" ...
Inde : Quatre femmes décèdent dans un "camp de stérilisation"
/ IVG-IMG

Inde : Quatre femmes décèdent dans un “camp de stérilisation”

Fin août, quatre Indiennes sont décédées dans un "camp de stérilisation" à la périphérie de la capitale de l’Etat de ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres